Notre ville change !

Notre ville change !

Partager l'article

Depuis le début de notre mandat, grues, pelles mécaniques et camions animent notre centre ville, entre démolition et reconstruction.

Après la construction du MI[X], la démolition du bâtiment du boulevard de la République pour y construire la résidence Ansabère, c’est au tour du bâtiment place de Navarre d’être démoli.

Tout autour les grues s’activent sur 3 bâtiments qui font peau neuve et seront entièrement accessibles. Isolation thermique par l’extérieur, coursives, ascenseurs, le plan stratégique de patrimoine de SNI s’accélère depuis le début de notre mandat.

La ville y prend sa part avec la rénovation de l’ancien cinéma le Gabizos en chantier de formation/insertion, et qui sera transformé en salle de répétition et de pratiques amateurs. Coût du chantier 400.000 € financé par la Région 80.000 € et l’État 120.000 €.

Le centre ville montre un nouveau visage que tout le monde, Mourenxois ou non, salue !

Nous irons plus loin dans les mois à venir, sur le quartier Charles de Bordeu avec la démolition et la reconstruction de l’école élémentaire après avoir rénové la maternelle.

Les travaux de démolition du centre aéré, pour y construire notre caserne de gendarmerie, débuteront cet été avenue Paul Delcourt. À deux pas nous construirons le nouveau foyer du foot. Un peu plus loin le projet immobilier du COL prend forme.

Sur le terrain noir, près de la cité scolaire, un city stade sera construit avec des équipements publics de sport santé.

Mourenx change ! Cette année encore nous investirons 4,5 millions d’euros,sans augmenter les impôts et en réduisant notre dette (25% de dette en moins depuis 2014). C’est un niveau d’investissement significativement plus important que les communes de même strate que la notre.

Nous y arrivons car nous maîtrisons nos dépenses, dans tous les domaines (personnel, fluides, patrimoine…) et allons chercher des financements au Département, à la Région, auprès de l’État.

Nous aimons notre ville et travaillons ensemble à son développement. C’est la seule chose qui nous intéresse.

Laisser un commentaire