Lacq-Orthez engagée vers l’avenir

Lacq-Orthez engagée vers l’avenir

Hier, mercredi 25 janvier, avec le préfet des Pyrénées-Atlantiques, Julien Charles, le président du conseil départemental, représenté par Jacques Pédehontaà, nous avons signé la convention d’opération de revitalisation du territoire (dans le cadre de Petites villes de demain).
La communauté de communes de Lacq-Orthez est engagée dans ce dispositif national pour coordonner et faciliter le financement du développement urbain des centres-villes des communes de Mourenx et d’Orthez, en cohérence avec notre projet de territoire.

A cette occasion, le nouveau préfet des Pyrénées-Atlantiques a pu découvrir les deux villes-centres de notre territoire.

A Mourenx, sur les fondations d’un patrimoine qui se dégradait, avec mon équipe municipale nous nous sommes engagés pour offrir à la ville éphémère un avenir durable par la réhabilitation et la diversification de l’habitat ainsi que la modernisation d’équipements et de services.
Ce nouveau départ s’illustrera également en 2023 avec la concrétisation de projets structurants.

Le représentant de l’Etat a pu apprécier nos projets mourenxois, tel celui de la construction d’une nouvelle résidence à la place de la Tour des Célibataires (dont la démolition est prévue pour cet automne).
Les études Petites villes de demain nous accompagnent pour les projets de la place du Béarn (travaux en 2024) et du Belvédère (travaux en 2024 – 2025).
La place du Béarn souffre d’un manque de visibilité, d’une faible fréquentation et d’une réhabilitation autrefois peu réussie. Son projet de réaménagement vise à améliorer la sécurité des piétons (en supprimant les pavés très accidentogènes), à créer un îlot de fraicheur et à valoriser les nombreux commerces et services à proximité.
Quant au Belvédère il redeviendra un phare de la réussite de tout le Bassin.

L’ouverture du pôle de santé Simone Veil, en ce début d’année, est un événement pour la commune et le Bassin de Lacq. La requalification de cette friche commerciale vient contrer la désertification médicale de notre territoire. Dans quelques semaines le pôle de santé comptera sept médecins généralistes (SANTAT), deux cabinets infirmiers, un cabinet dentaire, un de psychomotricité, un de sage-femmes, un ostéopathe, un pédicure-podologue et un téléophtalmo.

A l’image du bassin industriel qui a lui aussi engagé sa reconversion, du Bourg à la Ville-nouvelle, Mourenx est entrée dans le futur.

La suite de la visite Petites villes de demain s’est déroulée à Orthez où la ville et la CCLO ont défini deux secteurs porteurs d’enjeux de requalification urbaine.
D’abord le cœur de ville où l’objectif est de développer l’attractivité via notamment l’OPAH-RU (Opération programmée d’amélioration de l’habitat et de renouvellement urbain), pilotée par la CCLO : rénovation de 120 logements et 5 copropriétés, en accompagnant financièrement et techniquement les propriétaires.
Puis le secteur Foirail-Lapeyrère avec le souhait de créer un pôle culturel et associatif. Avec le réaménagement, par la CCLO, de l’est du parking du Foirail, cet espace public bénéficie désormais d’une liaison douce piétons et vélos. Au passage reliant actuellement la médiathèque au secteur Lapeyrère, la ville projette de créer une maison des associations.

Tous ces projets illustrent l’engagement de l’intercommunalité au côté de ses deux villes-centres. L’Etat et les partenaires et financeurs publics en sont conscients, la communauté de communes de Lacq-Orthez est tournée vers l’avenir.

Mourenx diversifie son parc immobilier

Mourenx diversifie son parc immobilier

Les efforts consentis par la municipalité, depuis près de 9 ans, nous permettent d’investir pour tou·te·s, malgré un contexte financier toujours plus complexe pour les collectivités et les citoyen·ne·s.

De nombreux projets structurants sont déjà une réalité : équipements sportifs et culturels modernisés, écoles rénovées, espaces publics requalifiés… et habitat diversifié.

Lundi, avec Françoise Ramanantsoa notre adjointe en charge des Travaux, de l’Urbanisme et du Renouvellement urbain, nous avons reçu le directeur général de Domofrance, Francis Stéphan, et le président du développement territorial de Domofrance pour les Pyrénées-Atlantiques, Patrick Lacarrere.

Le projet de résidence intergénérationnelle porté par Domofrance avance à grands pas ! La démolition du bâtiment de l’ancienne annexe de l’école Victor-Hugo est désormais achevée et le chantier de construction a démarré, pour une livraison en 2023. La résidence comportera 25 logements d’une grande qualité architecturale : 18 adaptés aux séniors autonomes et 7 maisons pour les familles ainsi qu’une salle d’activités. 

En plus de ce projet majeur, Domofrance va acquérir l’autre partie de l’école Victor-Hugo pour y réaliser des logements sociaux et des logements en accession à la propriété.

La création de logements à Mourenx participe au renouvellement urbain que nous avons initié : un habitat adapté dans un cadre de vie harmonieux.

Le projet Domofrance à Victor-Hugo est à mettre en lien avec plusieurs autres destinés à diversifier notre parc immobilier. D’ici 2025, ce sont plus d’une centaine de logements neufs qui doivent sortir de terre : la prochaine résidence à la place de la tour des célibataires, les futurs logements séniors place du Pic-du-Midi-d’Ossau (à la place du bâtiment E2 détruit en juillet 2018), le lotissement au Quartier Est… pour ne citer qu’eux.

A Mourenx et à la Communauté de Communes (avec le Plan Local de l’Habitat, l’OPAH-RU pour Orthez, l’accompagnement à la rénovation et à l’adaptation des logements, etc.) le logement fait partie de nos priorités.

Nous dessinons la ville de demain. Ces projets de solidarité, de coopération et de proximité illustrent le nouveau départ de notre ville.

En route vers un PLUi

En route vers un PLUi

Lundi c’est à l’unanimité que les élu·e·s de la CCLO ont décidé de réaliser un Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUi).

Ce vote nous engage dans une construction commune, au-delà de notre projet de territoire, dans une nouvelle ambition urbaine à l’échelle de l’intercommunalité. C’est la vision de l’ensemble des 61 communes sur leurs propres trajectoires dans un destin collectif.

Si cela n’a pas été rendu possible avant, aujourd’hui, avec du temps et de la pédagogie, nous sommes désormais prêts.

Ce qui pourrait apparaître comme un passage obligé, comme une contrainte réglementaire, doit être au contraire saisi comme une opportunité.

Nous allons co-construire ensemble ce qui sera demain notre feuille de route en matière de développement urbain, agricole, économique, etc.

Il ne s’agit pas d’opposer la vie citadine à la ruralité mais d’affirmer leur complémentarité. D’opposer l’industrie à l’agriculture mais de dire que nous avons besoin de l’une comme de l’autre. D’opposer le développement à l’environnement mais d’associer les deux.

Chacun·e des élu·e·s donnera sa vision du développement de sa commune et de notre territoire.

Les enjeux d’un plan local d’urbanisme unique et en commun sont nombreux. Ensemble nous serons plus forts.
Avec ce PLUi nous mettons plus de NOUS dans le JE.

Notre démographie et les prospectives de l’essor économique seront prises en compte, comme notre travail sur les trames vertes et bleues et leurs corridors de biodiversité.
Ce sont aussi nos différents documents contractuels qui y seront associés : le Plan Local de l’Habitat (PLH), le schéma de développement commercial, nos zones d’activités économiques et commerciales, le tourisme, l’agriculture, le plan mobilité, etc.

Si les élus communautaires ont accepté de s’engager dans le PLUi, c’est désormais aux conseils municipaux d’accepter cette longue démarche qui prend corps dès aujourd’hui. La procédure sera ponctuée de nombreux travaux et de nombreuses rencontres (entre élu·e·s, associations et habitant·e·s) pour une adoption à la fin 2025.

Le Belvédère : un projet phare

Le Belvédère : un projet phare

Mercredi, une délégation du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine est venue à notre rencontre pour découvrir le projet du Belvédère.

Laurence Rouède, vice-présidente du Conseil régional, et de Frédérique Espagnac, sénatrice et conseillère régionale, et les services régionaux sont venus préparer les futurs contrats de développement et de transition et programmes Leader (initiative de l’Union Européenne pour soutenir des projets de développement rural lancés au niveau local).

Ce qui a permis, hier, de voir l’attribution de crédits complémentaires pour les études votés à l’unanimité lors du comité Leader pour le Belvédère à hauteur de 22 000 euros (mais aussi pour la place du Béarn pour 18 000 euros).

Etablissement phare de notre commune, le Belvédère va renouer avec ses heures de gloire en devenant un lieu de séminaires.

Un constat est rapidement apparu auprès des entreprises locales. Notre territoire, avec le temps, ne disposait plus de lieu de rencontres (de travail et de réception) pour celles-ci. Le Belvédère, par le passé, a eu ce rôle. Avec notre projet il redeviendra ce lieu de qualité.

Avec l’appui de la Société d’Equipement des Pays de l’Adour (SEPA), la Ville de Mourenx a décidé de faire renaître ce lieu. Le projet du Belvédère résume à lui seul plusieurs dimensions du renouvellement urbain de la ville qui s’achève et du nouveau départ du territoire engagé ces dernières années.

A l’image des autres constructions, le collectif d’architectes reprendra, pour le Belvédère, les caractéristiques de l’architecture rationaliste du début des années 1960 : simplicité des volumes, jeux de rythme sur les façades, baies-vitrées, murs de béton caverneux, réutilisation du sol en pierre d’Arudy, etc.

Ce lieu sera également l’occasion de raconter l’histoire de Mourenx et du bassin industriel en mettant en avant les grands temps forts de son passé, de son présent et de son futur. Avec, par exemple, la création d’une scénographie moderne et numérique pour imprégner le visiteur d’un héritage historique.

Depuis le début de cette année les services municipaux travaillent aux démarches de concertation. Les travaux et aménagements sont prévus pour 2023 – 2025, le tout pour une inauguration fin 2025.

Budget 2022 : investir dans l’avenir

Budget 2022 : investir dans l’avenir

Le budget de la ville de Mourenx a été voté hier soir en conseil municipal.

Notre santé financière est saine avec 15 millions d’euros de budget : 5,8 millions € en investissement et 9,2 millions € en fonctionnement.

Le nouveau départ est engagé : la bonne gestion financière de la commune et la maîtrise de nos dépenses de fonctionnement nous permettent de maintenir un niveau d’investissement très important. Là où les communes de même strate investissent 309 euros par habitant, nous investirons cette année 680 €/habitant (hors pôle de santé), soit plus du double de la moyenne nationale !
Nous engagerons dès le mois prochain la rénovation de notre gymnase municipal. Le nouveau centre culturel abritant l’école de musique, Ibéria Cultura et ADEMA sera livré cet été et permettra aux trois associations d’exercer dans des conditions optimales.
Le pôle de santé, en cœur de ville, se rajoute à ces investissements et développera l’offre de santé à Mourenx : médecins, infirmiers, sages-femmes, podologue, psychologue, ostéopathe, télé-ophtalmologue…

Tous ces projets d’avenir, pour notre ville et notre territoire, sont déjà notre quotidien.
C’est maintenant que nous dessinons la ville de demain.

Les efforts consentis depuis plusieurs années pour maîtriser les dépenses et le fonctionnement, pour optimiser la recherche de financements extérieurs et d’autofinancements et pour réduire la dette nous permettent d’investir à la fois dans des projets structurants et dans les opérations courantes, malgré un contexte financier toujours plus contraint du fait de la baisse des dotations de l’Etat.

De nombreux investissements ont été réalisés pour moderniser l’habitat, les équipements sportifs et culturels, les écoles, les espaces publics…

A la fin de notre mandat, et malgré tous ces investissements, le niveau d’emprunt sera de 7,2 millions d’euros. Soit 1,5 million de moins qu’en 2014 où nous étions à 8,7 millions d’euros de dette.

Aujourd’hui comme demain, nous mettrons tout en œuvre, aussi via une dynamique budgétaire positive, pour nos valeurs de solidarité, de coopération et de proximité, comme nous nous y sommes engagés.

Une offre de logements adaptés à tou·te·s

Une offre de logements adaptés à tou·te·s

Il y a quelques jours, j’ai eu le plaisir d’accueillir à Mourenx, la présidente du directoire de CDC Habitat, Anne-Sophie Grave.

Les personnels de la filiale immobilière de la Caisse des dépôts de Pau et de Bayonne sont venus la rencontrer pour faire le point sur les chantiers à venir dans le département et à Mourenx.

Pour notre ville, dans le cadre de l’avenant à notre plan stratégique de patrimoine, 12 logements séniors vont être construits place du Pic du Midi d’Ossau d’ici 2025, en lieu et place du bâtiment E2 détruit en juillet 2018.

Face au vieillissement de la population (arrivée dans le grand âge des baby-boomers et allongement de la durée de vie), lorsque la vie quotidienne à la maison n’est plus possible et que l’entrée en EHPAD n’est pas justifiée, il nous faut inventer des lieux de vie adaptés.

Les logements séniors en sont une réponse humaine. Ce sont des lieux de vies confortables, modernes et sécurisés. Ils sont la source d’une vie autonome, en collectivité.

Ce projet prévoit des maisons indépendantes semi-individuelles de plain-pied, de type T2 et T3 et qui s’ouvriront sur des espaces-verts privatifs avec une vue dégagée.

De plus cette création de logements à Mourenx participe au renouvellement urbain initié il y a quelques années : un habitat adapté dans un cadre de vie harmonieux.

Vieillir dans les meilleures conditions est un défi majeur qui doit concerner tout élu. A Mourenx nous y répondons par de multiples actions tels que le service Animation séniors que nous avons créé, mais aussi la construction future de deux résidences intergénérationnelles : l’une sur le site de l’ancienne école Victor Hugo (portée par Domofrance) et l’autre à la place de la tour des célibataires (portée par CDC Habitat).

Disposer d’un logement digne et adapté est un droit. Pour le garantir une mobilisation permanente de tous les acteurs (publics, privés et associatifs) est nécessaire.

A Mourenx et à la Communauté de Communes (avec le Plan Local de l’Habitat, l’OPAH-RU pour Orthez, l’accompagnement à la rénovation et à l’adaptation des logements, etc.) le logement fait partie de nos priorités. Nous sommes pleinement engagés au quotidien pour vous.

Résidence inter-générationnelle : un investissement d’avenir

Résidence inter-générationnelle : un investissement d’avenir

Pablo Picasso, c’est le nom donné à notre future résidence inter-générationnelle dont la première pierre vient d’être posée ce mercredi. Une construction à l’entrée de Mourenx, route de Navarrenx, qui viendra en lieu et place de l’ancienne école Victor Hugo.

La résidence moderne s’intègrera dans le paysage de la ville dont l’architecture conserve l’esprit des maisons du quartier.

Elle comportera 25 logements : 18 logements adaptés et pré-équipés pour les séniors autonomes à proximité des commerces et des services et 7 maisons pour les familles (du T3 au T5).

Porté par Domofrance, ce projet sera une offre complémentaire sur le parc locatif social de la ville, à un emplacement privilégié.

Son coût de 4,3 millions est financé par un prêt Domofrance pour 51 %, par des fonds propres de l’entreprise sociale pour l’habitat pour 28 % et subventionné par la CARSAT à hauteur de 21 %. Le projet a reçu le soutien financier de la CCLO à hauteur de 92 000 €. Sa livraison est prévue pour septembre 2023.

Cette future résidence s’ajoute à d’autres projets portés par la ville qui sont d’ores et déjà engagés : modernisation et extension du gymnase, réhabilitation du Belvédère, création d’un pôle culturel dédié à la formation artistique et ce sont aussi des études en cours pour le futur du garage Plansson et de l’ancienne gendarmerie.

C’est ainsi tout un secteur du cœur de ville qui va se transformer pour près de 10 millions d’euros d’investissement.

Ce projet et tant d’autres illustrent le nouveau départ de notre ville dans les domaines de l’habitat et du cadre de vie, dans de nouvelles dynamiques économiques, dans la transition éco-responsable et dans la vie culturelle et sportive.

Nouvelle étape de renouvellement urbain

Nouvelle étape de renouvellement urbain

Depuis des années notre ville de Mourenx change, notre ville bouge.

Avec notre bailleur social, CDC Habitat, un plan stratégique de patrimoine a permis d’apporter de lourdes réhabilitations sur le parc social immobilier. A l’engagement social et sociétal pour le logement s’ajoute une dimension environnementale. Nous avons repris au béton pour rendre à la nature, à l’inverse des métropoles, et en adéquation avec notre politique environnementale.

L’espace public offre aujourd’hui un visage apaisé, grâce à ce fort partenariat entre CDC Habitat et la ville de Mourenx.

Le droit au logement c’est aussi permettre à tous de vivre dans un logement décent.

C’est pourquoi nous souhaitons aller plus loin, à l’image du projet de démolition et restructuration de la tour C2, la tour des Célibataires.

Nous avons signé, ce mercredi 29 septembre à Bordeaux, à l’occasion du salon de l’habitat, un protocole d’accord permettant de définir les nouveaux objectifs communs de la ville et du bailleur.

Ainsi nous ne faisons pas que répondre aux besoins actuels mais nous anticipons les attentes de l’avenir.

Cet avenant au plan stratégique de patrimoine permettra d’aller plus loin encore dans la rénovation urbaine de Mourenx. Une ville reconnue aujourd’hui pour la réussite de sa mutation, une mutation urbaine comme industrielle.

Photographie : signature de la convention avec Anne Sophie GRAVE, Présidente du Directoire de CDC Habitat

Prêts… partez !

Prêts… partez !

Le nouveau départ pour les Mourenxoises et les Mourenxois est lancé.

Il y a plus de 60 ans, Mourenx ville nouvelle sortait de terre… aujourd’hui notre ville et notre bourg vont renaître en bénéficiant d’une transition éco-responsable.

Pour continuer à grandir ensemble et bâtir la ville de demain nous nous imposons un haut niveau d’investissement pour accroitre la qualité de nos équipements et embellir notre cadre de vie. Des investissements conséquents mais supportables pour notre commune et sans impacts négatifs pour les années à venir, grâce aux partenariats et subventions.

Par notre travail de proximité, de coopération et de solidarité nous construisons de nouveaux succès.

Cette semaine nous avons présenté le grand changement qui attend notre ville : la tour des célibataires va disparaitre. Symbole d’un passé révolu, la tour ne correspond plus aux modes de vie actuels et est délaissée par ses occupants. A sa place verra le jour un immeuble moderne, de haute qualité environnementale, de taille humaine (22 logements) avec de grandes prestations (belles terrasses, parkings souterrains, logements traversants, espaces verts…), tout en restant une habitation à loyers modérés. Ce projet (cette promesse tenue !) est la suite logique du plan stratégique de modernisation du patrimoine d’habitat collectif initié dès 2014.

Un nouveau visage pour notre commune qui s’accompagnera un peu plus tard de la rénovation de l’emblématique belvédère. Ancré dans la mémoire collective et où chacun·e y a des souvenirs personnels, il fera l’objet d’une métamorphose frugale (démarche architecturale économe tant en ressources qu’en énergie qui privilégie des matériaux et savoir-faire locaux) pour lui rendre son prestige d’antan. Ce lieu privilégié sera dédié à des séminaires, des conférences ou encore des réceptions et se trouvera au cœur d’un nouveau parc offrant une vue panoramique sur la ville, le bassin de Lacq et les Pyrénées.

A ces projets phares s’ajoutent le pôle santé (déjà en travaux), la future résidence intergénérationnelle et le pôle culturel qui prendront place dans l’ancienne école Victor Hugo, la place du Béarn (prochainement rénovée), et également un arboretum…

Tant de chantiers, tant de projets, pour un avenir durable pour Mourenx qui renaît partout et pour tous.