Et toi ? Parle-moi du cœur de ville… concertation citoyenne à Mourenx

Et toi ? Parle-moi du cœur de ville… concertation citoyenne à Mourenx

La Ville propose un nouveau sondage pour recueillir votre vision sur le cœur de ville, ses lieux de vie et d’activités.

Cette étude a été lancée sur le stand de la ville lors de la dernière Foire de Mourenx. Plusieurs centaines de réponses ont déjà été collectées.

Ouverte à toutes et tous (Mourenxois et non-Mourenxois), elle vise à confirmer des axes de travail et à en identifier de nouveaux pour renforcer ou compléter des projets déjà engagés dans la redynamisation du centre-ville, des majeurs aux plus simples.

Depuis 2014 nous avons redonné la parole aux Mourenxoises et aux Mourenxois en multipliant les espaces de concertation et de dialogue. Cette participation active des habitants s’illustre parfaitement par l’implication des référents des comités de quartier depuis 2015, qui nous ont permis de réaliser de nombreux aménagements utiles au quotidien, dans tous les quartiers.
Ces instances citoyennes sont un outil bénéfique quant aux attentes des administrés (quel que soit leur âge, leur quartier, leur milieu social, etc.) pendant tout le mandat.

Il y a dix ans, nous avons apporté des évolutions notables dans le travail sur le renouvellement urbain qui était déjà lancé à Mourenx.
Rénovations, modernisations, reconstructions… nous faisons tous le constat de cette réussite, tant au niveau de l’habitat, que des espaces publics et des équipements (coopération pour le gymnase et le pôle de santé).

C’est en continuant avec vous, dans cet esprit de partage et de co-construction que nous menons cette étude.
Les Mourenxoises et les Mourenxois sont fidèles aux commerces de leur centre-ville. Notre cœur de ville est dense, c’est sa force mais cela comporte aussi des inconvénients. Nous souhaitons l’ouvrir sur le reste de la ville.
L’exemple le plus visible est l’aménagement de la place de Navarre, qui est devenu un lieu de connexion et surtout, qui rend visible les commerces aux alentours.
Avec le même volontarisme nous allons offrir à la place du Béarn la visibilité et la qualité qui lui manquent (mais sans raser de barre cette fois).

Mourenx bouge, Mourenx vit, Mourenx se transforme.

Cette démarche citoyenne s’inscrit dans le cadre du dispositif « Petites Villes de Demain » et des actions de revitalisation soutenues par les différents partenaires. Cette opération de revitalisation du territoire (pour les villes de Mourenx et d’Orthez au sein de la Communauté de communes de Lacq-Orthez) vise à renforcer l’attractivité résidentielle et commerciale de leurs cœurs de ville. La concertation à Mourenx répond ainsi à l’orientation stratégique « conforter la qualité de vie, le bien-être des habitants et le lien social » décidée par les élus en cohérence avec le projet de territoire intercommunal et inscrite dans ce dispositif.

Le sondage est accessible en cliquant-ici.
Il est en ligne jusqu’au 30 juin et une première restitution sera réalisée à la rentrée.

L’ancienne papeterie des gaves d’Orthez devient la zone économique de la passerelle

L’ancienne papeterie des gaves d’Orthez devient la zone économique de la passerelle

Longtemps ce fut la papeterie des gaves avant de prendre le nom de son dernier propriétaire. La Saïca à l’entrée sud d’Orthez, entre l’avenue du Pesqué et le gave va devenir, grâce à la Communauté de communes de Lacq-Orthez, la zone de la passerelle : lieu pluriel d’activités de santé, économiques et tertiaires et aussi espace de biodiversité.

En 2017 notre intercommunalité a acheté, par l’intermédiaire de l’Etablissement public foncier local (EPFL), les 11 hectares de cette friche industrielle, à l’abandon depuis plus de 10 ans.

Cette action communautaire rentre dans le cadre de notre politique foncière de développement économique et dans notre volonté de limiter l’artificialisation des sols en réhabilitant des zones oubliées.
Entre 2017 et 2018, la zone a été démolie et dépolluée.

9 hectares du site se trouvent en zone inondable, et en grande partie identifiés Natura 2000 et Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (Znieff). D’où notre choix de faire de ces espaces un projet à haute valeur environnementale, tant pour les espaces devenus inconstructibles que pour les futurs espaces tertiaires.

Seule la passerelle (qui donnera son nom au site), de type Eiffel, a été conservée pour sa qualité patrimoniale. Dépolluée et restaurée, en 2021 – 2022, elle permettra une liaison douce entre les deux rives : du collège à la gare, de la rive sud au centre-ville, etc.

Le permis d’aménager pour les futurs occupants comporte un cahier de prescriptions architecturales, environnementales et paysagères : limitation de l’artificialisation des sols, construction sur pilotis, gestion de la hauteur du bâti, architecture bioclimatique et continuité végétale.

Depuis l’année dernière nous travaillons à la renaturation du site (grâce à la supervision d’une écologue). Un véritable chantier s’est porté sur la destruction des plantes invasives telle la renouée du Japon, par fauchage, incinération et décapage des terres.
350 arbres et arbustes, adaptés au lieu et au changement climatique seront plantés et 8500 m² de pelouse et prairies créés dans ce véritable îlot de fraicheur.

La ville d’Orthez souffre de peu d’espaces disponibles pour accueillir de nouvelles activités. Six lots vont voir le jour sur cette zone pour pallier ce manque. Cinq de 800 à 1500 m² et un grand pour le Centre hospitalier des Pyrénées (CHP – hôpital psychiatrique) qui va réunir ses trois antennes orthéziennes sur cet unique site.

Une visite de chantier avec les acteurs professionnels, les services communautaires et les élus concernés a permis de d’apprécier ce considérable chantier à Orthez, pour notre territoire.

Le budget prévisionnel est de 7 500 000 € HT dont 3 000 000 € pour la CC Lacq-Orthez et le reste via différentes subventions de l’Etat, du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine et du Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques.

Le CHP ouvrira dès cet été et l’entièreté de la zone à l’automne.

Notre combat contre l’enfouissement de CO2 avance…

Notre combat contre l’enfouissement de CO2 avance…

Depuis plus d’un an, je mène un combat contre l’enfouissement de CO2 à Lacq, appelé projet Pycasso. Porté par un consortium regroupant entre autres les entreprises Teréga et Repsol, il vise à capturer le dioxyde de carbone (CO2) émis par des industries polluantes d’Occitanie, des Landes, de Gironde et du nord-ouest de l’Espagne pour le stocker dans le sous-sol du Bassin de Lacq.

En plus des risques environnementaux, c’est une menace réelle pour notre écosystème économique local et en particulier pour les emplois. Conscients du danger, les industriels locaux s’y opposent également.

A plusieurs reprises, je vous ai fait part de ce combat et de nos avancées.

Après avoir alerté du danger d’un tel projet les ministres de l’Economie et de l’Industrie (Bruno Le Maire et Roland Lescure), les services de l’Etat, les acteurs locaux et les syndicats, nous venons de franchir une nouvelle étape, mercredi dernier, avec le vote d’une résolution s’opposant à ce stockage par le conseil d’administration de Chemparc (le groupement d’intérêt public qui accompagne la revitalisation et contribue au développement économique du bassin industriel de Lacq).

La communauté de communes ne peut consentir qu’à la poursuite d’études de projets visant l’évitement et la réduction, la capture, la valorisation et l’utilisation du CO2 sur le Bassin de Lacq, à l’exclusion de tout projet de stockage. Telle est notre vision d’une décarbonation réussie.

C’est pourquoi, après un rejet unanime des membres du Bureau exécutif de la CC Lacq-Orthez, nous invitons les maires du territoire à proposer une même résolution à leurs conseils municipaux (ce sera le cas à Mourenx), avant une présentation lors du prochain conseil communautaire en mars.

Séquestrer du CO2 n’est pas acceptable ; nous combattrons jusqu’au bout pour notre territoire et ceux qui y vivent.

Haies bocagères : 25 000 arbres en plantation

Haies bocagères : 25 000 arbres en plantation

Lundi matin, par une fraiche matinée de février avec les élus communautaires en charge de ce sujet, Bénédicte ALCETEGARAY et Philippe ARRIAU, nous sommes allés rencontrer l’ensemble des acteurs qui participent à la plantation des haies bocagères sur notre territoire.

25 000 arbres et arbustes, de 16 essences différentes et locales, sur un linéaire cumulé de 12,5 km, voici l’un des ambitieux chantiers de la CC Lacq-Orthez pour la biodiversité.

Depuis 2019, l’intercommunalité travaille avec le Conservatoire d’espaces naturels de Nouvelle-Aquitaine au projet de trames vertes et bleues, c’est-à-dire à la conservation et à la création de réservoirs de biodiversité pour relier les côteaux (trames vertes) et les cours d’eau (trames bleues). Lieux d’habitat et de déplacement de nombreux animaux, les haies permettent de reconnecter ces espaces et de palier la disparition des espèces animales.

Suite à un appel à candidature lancé dès 2022, 47 propriétaires (40 particuliers et 7 municipalités), répartis sur 32 communes du territoire ont été rigoureusement sélectionnés pour accueillir les haies sur les secteurs nécessitant de recréer des corridors écologiques essentiels.

Ces plantations engagent aussi près de 400 élèves, de 10 établissements scolaires du territoire (écoles publiques, lycée agricole et Maison familiale et rurale) qui viennent prêter main forte à l’entreprise d’insertion locale chargée de la plantation.

Financées par la collectivité, ces haies sont remises aux bons soins des propriétaires qui s’engagent, via une convention, à les entretenir et les conserver pendant au moins 10 ans.
D’un coût total de 350 000 €, notre projet bénéficie d’un subventionnement de l’Etat à hauteur de 190 000 € (Fonds vert France Nation Verte) et de 95 000 € de la Région Nouvelle-Aquitaine soit 80 % d’aides.

Lundi nous étions à Castétis sur d’anciens champs de maïs transformés, par les nouveaux propriétaires agriculteurs, en prairies bocagères pour cinquante chèvres dont le lait sert à produire des fromages vendus, entre autres, sur des marchés du territoire.
Toujours d’essences locales, variées, mellifères et non-allergènes, les haies sont aussi une protection contre le vent et les crues. Dans le cas de cette ferme caprine, elles offriront aussi de l’ombre aux animaux, qui en ont besoin avec des étés de plus en plus chauds.
En tout 500 mètres linéaires en 8 tronçons, soit 1000 arbres et arbustes y ont été plantés avec l’aide de 25 élèves du lycée agricole d’Orthez.

En France 18 % des espèces ont disparu, en grande partie car 78 % de leurs habitats sont en état défavorable, menacés ou fragmentés. Du Sommet de la Terre en 1992 aux différentes COP (dont celle de Paris) scientifiques et dirigeants (pas tous malheureusement) s’alarment de l’évolution de notre planète. Nous devons apprendre à concilier protection de la biodiversité et activités humaines. C’est ce que nous faisons avec la plantation de ces haies, c’est ce que nous allons faire plus largement avec le prochain Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi), c’est notre combat quotidien.

La résidence intergénérationnelle Pablo-Picasso bientôt livrée

La résidence intergénérationnelle Pablo-Picasso bientôt livrée

En chantier depuis l’automne 2021, la future résidence intergénérationnelle, construite en lieu et place de l’ancienne école Victor-Hugo, route de Navarrenx, sera livrée cet été.

Lundi, avec les élus municipaux et les services, nous avons réalisé une visite de chantier de la première tranche.

Reprenant l’architecture des maisons du quartier, elle comportera 25 logements :
18 logements (T2 et T3) adaptés et pré-équipés pour les séniors autonomes (de 65 ans et plus) avec balcons avec vue sur le parc paysager et les Pyrénées. Le bâtiment disposera d’une salle commune pour accueillir les activités de tous les résidents ;
et 7 maisons pour les familles (du T3 au T5) avec jardins individuels orientés vers les Pyrénées, à proximité immédiate du pôle sportif et culturel et de l’accès piéton pour rejoindre le cœur de ville et le Belvédère.

Porté par Domofrance, ce projet sera une offre complémentaire sur le parc locatif social de la ville, à un emplacement privilégié, à proximité des commerces et des services : en face de la crèche, du restaurant scolaire et du CCAS.

D’un montant de 4,3 millions d’euros, la résidence est financée par un prêt Domofrance pour 52 %, par des fonds propres de l’entreprise sociale pour l’habitat pour 26 % et subventionnée par le Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques (10 %), la CARSAT (7 %), la CCLO (3 %) et la Région Nouvelle-Aquitaine (2 %).

Les études pour la seconde tranche du projet sont lancées et se poursuivront en 2024 pour réaliser un projet encore plus ambitieux et durable pour Mourenx.

Avec l’inauguration prochaine du gymnase rénové, les travaux au club-house de Mourenx-Bourg, les travaux au Belvédère… 2024 sera encore une année de nouveaux départs au service de l’habitat et du cadre de vie des Mourenxoises et des Mourenxois. Et ce n’est pas terminé !

Dimanche 26 novembre, foudroyage de la Tour des Célibataires

Dimanche 26 novembre, foudroyage de la Tour des Célibataires

Plus de 3 ans que nous y travaillons, plus de 10 mois que des équipes s’activent à sa préparation et d’autres à mettre en place l’évacuation de 1500 riverains à proximité… et ce dimanche à 11 h la Tour des Célibataires, et ses 17 étages, sera foudroyée, sous l’égide de CDC Habitat qui en est le gestionnaire.

Le foudroyage est une technique de démolition par explosif (350 kg tout de même) : rapide, sûre et permettant de réduire de façon conséquente les nuisances.

Un périmètre de sécurité de 200 mètres autour de la Tour sera mis en place et évacué.
Chacun a pu exprimer son choix de quitter son logement soit dès samedi, soit dimanche matin à 7h.
Suite au recensement réalisé depuis juillet dernier, chaque foyer concerné a reçu un courrier lui rappelant les consignes d’évacuation.

Habitants évacués, riverains ou encore observateurs vous pouvez suivre ce grand projet de démolition (périmètre, accès, stationnement, circulation, foire aux questions…) sur le site Internet et l’application mobile de la Ville.

110 gendarmes ainsi que des agents communaux, des employés de CDC Habitat et de nombreux bénévoles seront présents le jour-J pour faire que ce moment soit le plus simple pour chacune et chacun.

Agée de 64 ans, la Tour des Célibataires aura eu de nombreuses vies mais à la fin et malgré une rénovation en 1996, elle était devenue l’immeuble avec le plus de vacance et le moins d’avenir. La démolir ne fut pas un choix aisé, mais c’est un choix assumé qui est désormais accepté par toutes et tous. Jadis symbole de la Ville-Nouvelle, son foudroyage marquera le tournant de notre action de politique urbaine, menée depuis près de 10 ans.
A la place se construira « Les terrasses du Tourmalet », une résidence sociale de 22 logements de haute-qualité environnementale.
Outre le logement, les espaces publics profitent aussi de ce nouveau départ, avec, à deux pas de là, la prochaine rénovation et végétalisation de la place du Béarn.

Pour celles et ceux qui sont tentés de venir voir ce foudroyage, quatre points d’observation sont proposés au public : au Belvédère, place Henri-Dunant, rue Victor-Hugo et au rond-point des Pyrénées.

Cette démolition historique suscitera nécessairement beaucoup d’émotion et en même temps confirmera toute la dynamique d’avenir que nous avons collectivement engagée pour Mourenx.

Nouvel itinéraire cyclable à Mourenx, Lacq-Orthez développe les mobilités douces

Nouvel itinéraire cyclable à Mourenx, Lacq-Orthez développe les mobilités douces

Depuis quelques jours, l’avenue Pierre-Angot est en travaux afin d’y créer une piste cyclable sécurisée sur ses plus de 600 mètres linéaires.

Cette voie de communication est un axe majeur de Mourenx et comporte de nombreux établissements et lieux de services-publics.

Ainsi du rond-point des Pyrénées (celui de Mc Donald’s), en passant par le Pôle emploi, la cité scolaire Albert-Camus, jusqu’au centre Yves-Dréau (la Mission locale) et au rond-point des Droits de l’Homme, une véritable piste cyclable – entre piste bidirectionnelle et voie verte partagée – sera utilisable au début de l’année prochaine.

Viendra ensuite le prolongement de cette section vers le boulevard de la République afin de garantir une continuité et une connexion avec le centre-ville.
Ces deux aménagements pour 2024, longs de 1,4 km, se chiffrent à 403 000 €.

Dans l’autre sens, l’itinéraire cyclable s’étendra jusqu’au centre d’Artix.

Ces travaux sont réalisés par la Communauté de communes de Lacq-Orthez dans le cadre du schéma vélo de son plan mobilité.
En dix ans, 20 itinéraires cyclables (soit 86 km) sécurisés, signalisés, directs et sans interruptions, relieront les centres, gares, collèges et lycées, autour d’Orthez, du Bassin de Lacq, de Mourenx, d’Artix et de Monein.
Ainsi 20 000 habitants du territoire se trouveront à moins de 300 m de l’un d’eux.

Un autre aménagement d’itinéraire cyclable d’envergure sera prochainement réalisé à Orthez entre la gare et la cité scolaire Gaston-Fébus (1,5 km) pour 438 000 €.

Pour être accompagnée dans le financement de son ambitieux schéma vélo, l’intercommunalité répond à différents appels à projets du Département, de la Région ou de l’Etat. Ainsi les travaux 2024 à Mourenx et Orthez bénéficient d’une subvention du Conseil départemental à hauteur de 168 120 €.

Loin d’abandonner la voiture qui reste essentielle dans notre vie en milieu rural, notre volonté est de développer les mobilités douces et les transports en commun, du TAD jusqu’au rail. C’est pourquoi je milite pour la réouverture de la gare de Lacq, qui serait si utile pour les travailleurs, et pour le « RER pyrénéen » pour enfin avoir des trains justement cadencés.

Foudroyage en vue

Foudroyage en vue

Le décompte est lancé ! Le 26 novembre prochain, la Tour des Célibataires s’effacera.

Construite en 1961, haute de près de 50 mètres, prévue pour accueillir un hôtel avant de devenir 200 logements pour célibataires, la plus haute tour de Mourenx va être foudroyée par 350 kg d’explosifs. Les tirs d’essais fin août ont permis de trouver la meilleure solution pour un parfait résultat avec le moins de nuisances le jour-J.

Depuis mi-janvier, sous l’égide de CDC Habitat son gestionnaire, le désossage de la Tour a commencé : 70 tonnes de matériaux et différents éléments ont été retirés (huisseries, portes, cloisons, éléments sanitaires, etc). La tour est squelettique et prête à disparaitre.

Pour la sécurité de toutes et tous, 600 foyers (soit 1500 personnes) seront évacués et un périmètre de 200 mètres sera conscrit. Le recensement que nous avons opéré nous permettra de prendre en charge les personnes les plus fragiles.

L’explosion simultanée de bassines d’eau permettra d’éviter que trop de poussière ne s’échappe. Certains bâtiments à proximité seront également protégés.
En quelques secondes la Tour disparaitra, ses 12 000 tonnes de gravats seront recyclés (à 95 %) localement.

Bien que rénovée en 1996, la Tour ne correspond plus aux attentes actuelles. Le grand plan de rénovation urbaine que nous avons lancé en 2014 doit permettre d’offrir un logement adapté à toutes et tous au sein d’une commune où la démographie a évolué mais où l’activité et les services croissent toujours.

Ainsi, à la place de la Tour, une résidence de haute qualité environnementale de 22 logements sur 6 étages aux belles prestations, et toujours à loyers modérés, verra le jour. A son rez-de-chaussée se trouveront les locaux de CDC Habitat.

Ce foudroyage n’est pas qu’un symbole, il est la suite du nouveau départ que nous avons engagé pour Mourenx.

Tour des Célibataires : foudroyage en vue

Tour des Célibataires : foudroyage en vue

Les premiers travaux pour préparer la démolition de la tour des Célibataires ont débutés ces derniers jours, sous l’égide de CDC Habitat qui en est le gestionnaire.

Le foudroyage est prévu le dimanche 26 novembre prochain en matinée afin de ne pas impacter la vie du centre-ville (commerces et services), de permettre au plus grand nombre d’y assister et aux foyers évacués d’être moins dérangés (travail, occupations…). Un périmètre autour sera circonscrit et les bâtiments les plus proches seront bâchés.

Ne comptant plus aucun résident, les travaux commencent par la destruction de l’ancien hôtel (fermé depuis plus de dix ans) et le désamiantage complet de la tour.
Dans une logique écologique de réemploi des matériaux, la pierre d’Arudy des escaliers servira pour la réhabilitation du Belvédère et les gravats de base pour les fondations de la future plate-forme logistique de Lidl à Pardies.

La tour de 17 étages a été construite en 1961, pour n’accueillir qu’un hôtel de 200 chambres (destinées aux célibataires travaillant sur le bassin de Lacq). Il ne verra jamais le jour et la tour deviendra un immeuble de 120 logements.

Depuis des décennies la tour offrait une image dégradée de la ville. La rénovation engagée en 1996 ne fut pas suffisante pour la rendre de nouveau attractive. Elle ne correspondait déjà plus aux attentes de logement et petit à petit la vacance y est devenue importante.

Si l’avenir de la tour fut une bataille politique, nous pouvons dire aujourd’hui que notre choix de démolition est unanimement partagé.

La tour des Célibataires était le symbole de la création de la Ville-nouvelle, sa disparition sera le symbole affirmé de la nouvelle rénovation urbaine que nous avons mise en place depuis 2014 : offre de logements repensée, évolution notable des équipements et services, choix architecturaux actuels et appréciés…

A la place de la tour, CDC Habitat va réaliser un immeuble de haute qualité environnementale, à l’architecture singulière et moderne, de 6 étages pour 22 logements sociaux, avec terrasse, parking souterrain, environnement végétalisé… Le gestionnaire immobilier occupera une partie du rez-de-chaussée pour ses bureaux, plus accessibles et plus adaptés à tous leurs locataires.

Ne croyez pas que cette démolition symbolique pour notre ville soit un point final, notre action volontariste de rénovation urbaine va se poursuivre pour une plus grande qualité de vie de tou·te·s les Mourenxois·es.

Lacq-Orthez engagée vers l’avenir

Lacq-Orthez engagée vers l’avenir

Hier, mercredi 25 janvier, avec le préfet des Pyrénées-Atlantiques, Julien Charles, le président du conseil départemental, représenté par Jacques Pédehontaà, nous avons signé la convention d’opération de revitalisation du territoire (dans le cadre de Petites villes de demain).
La communauté de communes de Lacq-Orthez est engagée dans ce dispositif national pour coordonner et faciliter le financement du développement urbain des centres-villes des communes de Mourenx et d’Orthez, en cohérence avec notre projet de territoire.

A cette occasion, le nouveau préfet des Pyrénées-Atlantiques a pu découvrir les deux villes-centres de notre territoire.

A Mourenx, sur les fondations d’un patrimoine qui se dégradait, avec mon équipe municipale nous nous sommes engagés pour offrir à la ville éphémère un avenir durable par la réhabilitation et la diversification de l’habitat ainsi que la modernisation d’équipements et de services.
Ce nouveau départ s’illustrera également en 2023 avec la concrétisation de projets structurants.

Le représentant de l’Etat a pu apprécier nos projets mourenxois, tel celui de la construction d’une nouvelle résidence à la place de la Tour des Célibataires (dont la démolition est prévue pour cet automne).
Les études Petites villes de demain nous accompagnent pour les projets de la place du Béarn (travaux en 2024) et du Belvédère (travaux en 2024 – 2025).
La place du Béarn souffre d’un manque de visibilité, d’une faible fréquentation et d’une réhabilitation autrefois peu réussie. Son projet de réaménagement vise à améliorer la sécurité des piétons (en supprimant les pavés très accidentogènes), à créer un îlot de fraicheur et à valoriser les nombreux commerces et services à proximité.
Quant au Belvédère il redeviendra un phare de la réussite de tout le Bassin.

L’ouverture du pôle de santé Simone Veil, en ce début d’année, est un événement pour la commune et le Bassin de Lacq. La requalification de cette friche commerciale vient contrer la désertification médicale de notre territoire. Dans quelques semaines le pôle de santé comptera sept médecins généralistes (SANTAT), deux cabinets infirmiers, un cabinet dentaire, un de psychomotricité, un de sage-femmes, un ostéopathe, un pédicure-podologue et un téléophtalmo.

A l’image du bassin industriel qui a lui aussi engagé sa reconversion, du Bourg à la Ville-nouvelle, Mourenx est entrée dans le futur.

La suite de la visite Petites villes de demain s’est déroulée à Orthez où la ville et la CCLO ont défini deux secteurs porteurs d’enjeux de requalification urbaine.
D’abord le cœur de ville où l’objectif est de développer l’attractivité via notamment l’OPAH-RU (Opération programmée d’amélioration de l’habitat et de renouvellement urbain), pilotée par la CCLO : rénovation de 120 logements et 5 copropriétés, en accompagnant financièrement et techniquement les propriétaires.
Puis le secteur Foirail-Lapeyrère avec le souhait de créer un pôle culturel et associatif. Avec le réaménagement, par la CCLO, de l’est du parking du Foirail, cet espace public bénéficie désormais d’une liaison douce piétons et vélos. Au passage reliant actuellement la médiathèque au secteur Lapeyrère, la ville projette de créer une maison des associations.

Tous ces projets illustrent l’engagement de l’intercommunalité au côté de ses deux villes-centres. L’Etat et les partenaires et financeurs publics en sont conscients, la communauté de communes de Lacq-Orthez est tournée vers l’avenir.