Défendons notre hôpital

Défendons notre hôpital

Depuis trop longtemps les difficultés s’aggravent dans les hôpitaux publics : fermeture de lits, difficile accès à certains soins, dégradation des conditions de travail des personnels médicaux et paramédicaux, sous-effectifs…

Nos gouvernants ont instauré des critères de rentabilité dans la gestion des hôpitaux publics entrainant ainsi cette rationalisation néfaste des dépenses de santé.

Après deux années de crise de la COVID, le personnel est à bout, les démissions s’enchaînent et les recrutements aboutissent peu.

La réalité est qu’en France l’hôpital n’arrive plus à remplir sa mission de service au public.

Qu’a donné le « Ségur de la santé » avec ses milliards d’euros et ses promesses de transformation de notre système de santé ? Rien ou si peu.
Quelle réponse efficace est apportée par nos gouvernants ? Quelle réponse pragmatique est apportée par le législateur ?
Nous devons nous mobiliser car l’accès aux soins est un droit fondamental.

L’hôpital d’Orthez (qui est le seul de notre territoire de Lacq-Orthez) est, lui aussi, gravement impacté.
Différents arrêts du SMUR depuis le mois de juillet démontrent l’incapacité d’y assurer la permanence des soins. 
A cela s’ajoute une diminution de l’offre de soins avec la fermeture du service de rééducation fonctionnelle et de lits en gériatrie.

Des fermetures à répétition et un manque de moyens et de personnels qui ne va pas s’arranger avec l’arrivée de l’été, bien au contraire.

Nous ne pouvons pas rester inactifs face à cela.
Il en va de la sécurité des patients, de notre sécurité à tou·te·s !

Je vous invite à vous associer à la manifestation pour le maintien des urgences et de tous les services de l’établissement de santé de l’hôpital d’Orthez qui est organisée ce samedi (21 mai) à 10 h 30, devant la mairie d’Orthez.

Photo : © snowing https://fr.freepik.com/photos/sante

En route vers un PLUi

En route vers un PLUi

Lundi c’est à l’unanimité que les élu·e·s de la CCLO ont décidé de réaliser un Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUi).

Ce vote nous engage dans une construction commune, au-delà de notre projet de territoire, dans une nouvelle ambition urbaine à l’échelle de l’intercommunalité. C’est la vision de l’ensemble des 61 communes sur leurs propres trajectoires dans un destin collectif.

Si cela n’a pas été rendu possible avant, aujourd’hui, avec du temps et de la pédagogie, nous sommes désormais prêts.

Ce qui pourrait apparaître comme un passage obligé, comme une contrainte réglementaire, doit être au contraire saisi comme une opportunité.

Nous allons co-construire ensemble ce qui sera demain notre feuille de route en matière de développement urbain, agricole, économique, etc.

Il ne s’agit pas d’opposer la vie citadine à la ruralité mais d’affirmer leur complémentarité. D’opposer l’industrie à l’agriculture mais de dire que nous avons besoin de l’une comme de l’autre. D’opposer le développement à l’environnement mais d’associer les deux.

Chacun·e des élu·e·s donnera sa vision du développement de sa commune et de notre territoire.

Les enjeux d’un plan local d’urbanisme unique et en commun sont nombreux. Ensemble nous serons plus forts.
Avec ce PLUi nous mettons plus de NOUS dans le JE.

Notre démographie et les prospectives de l’essor économique seront prises en compte, comme notre travail sur les trames vertes et bleues et leurs corridors de biodiversité.
Ce sont aussi nos différents documents contractuels qui y seront associés : le Plan Local de l’Habitat (PLH), le schéma de développement commercial, nos zones d’activités économiques et commerciales, le tourisme, l’agriculture, le plan mobilité, etc.

Si les élus communautaires ont accepté de s’engager dans le PLUi, c’est désormais aux conseils municipaux d’accepter cette longue démarche qui prend corps dès aujourd’hui. La procédure sera ponctuée de nombreux travaux et de nombreuses rencontres (entre élu·e·s, associations et habitant·e·s) pour une adoption à la fin 2025.

Le Belvédère : un projet phare

Le Belvédère : un projet phare

Mercredi, une délégation du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine est venue à notre rencontre pour découvrir le projet du Belvédère.

Laurence Rouède, vice-présidente du Conseil régional, et de Frédérique Espagnac, sénatrice et conseillère régionale, et les services régionaux sont venus préparer les futurs contrats de développement et de transition et programmes Leader (initiative de l’Union Européenne pour soutenir des projets de développement rural lancés au niveau local).

Ce qui a permis, hier, de voir l’attribution de crédits complémentaires pour les études votés à l’unanimité lors du comité Leader pour le Belvédère à hauteur de 22 000 euros (mais aussi pour la place du Béarn pour 18 000 euros).

Etablissement phare de notre commune, le Belvédère va renouer avec ses heures de gloire en devenant un lieu de séminaires.

Un constat est rapidement apparu auprès des entreprises locales. Notre territoire, avec le temps, ne disposait plus de lieu de rencontres (de travail et de réception) pour celles-ci. Le Belvédère, par le passé, a eu ce rôle. Avec notre projet il redeviendra ce lieu de qualité.

Avec l’appui de la Société d’Equipement des Pays de l’Adour (SEPA), la Ville de Mourenx a décidé de faire renaître ce lieu. Le projet du Belvédère résume à lui seul plusieurs dimensions du renouvellement urbain de la ville qui s’achève et du nouveau départ du territoire engagé ces dernières années.

A l’image des autres constructions, le collectif d’architectes reprendra, pour le Belvédère, les caractéristiques de l’architecture rationaliste du début des années 1960 : simplicité des volumes, jeux de rythme sur les façades, baies-vitrées, murs de béton caverneux, réutilisation du sol en pierre d’Arudy, etc.

Ce lieu sera également l’occasion de raconter l’histoire de Mourenx et du bassin industriel en mettant en avant les grands temps forts de son passé, de son présent et de son futur. Avec, par exemple, la création d’une scénographie moderne et numérique pour imprégner le visiteur d’un héritage historique.

Depuis le début de cette année les services municipaux travaillent aux démarches de concertation. Les travaux et aménagements sont prévus pour 2023 – 2025, le tout pour une inauguration fin 2025.

Budget 2022 : investir dans l’avenir

Budget 2022 : investir dans l’avenir

Le budget de la ville de Mourenx a été voté hier soir en conseil municipal.

Notre santé financière est saine avec 15 millions d’euros de budget : 5,8 millions € en investissement et 9,2 millions € en fonctionnement.

Le nouveau départ est engagé : la bonne gestion financière de la commune et la maîtrise de nos dépenses de fonctionnement nous permettent de maintenir un niveau d’investissement très important. Là où les communes de même strate investissent 309 euros par habitant, nous investirons cette année 680 €/habitant (hors pôle de santé), soit plus du double de la moyenne nationale !
Nous engagerons dès le mois prochain la rénovation de notre gymnase municipal. Le nouveau centre culturel abritant l’école de musique, Ibéria Cultura et ADEMA sera livré cet été et permettra aux trois associations d’exercer dans des conditions optimales.
Le pôle de santé, en cœur de ville, se rajoute à ces investissements et développera l’offre de santé à Mourenx : médecins, infirmiers, sages-femmes, podologue, psychologue, ostéopathe, télé-ophtalmologue…

Tous ces projets d’avenir, pour notre ville et notre territoire, sont déjà notre quotidien.
C’est maintenant que nous dessinons la ville de demain.

Les efforts consentis depuis plusieurs années pour maîtriser les dépenses et le fonctionnement, pour optimiser la recherche de financements extérieurs et d’autofinancements et pour réduire la dette nous permettent d’investir à la fois dans des projets structurants et dans les opérations courantes, malgré un contexte financier toujours plus contraint du fait de la baisse des dotations de l’Etat.

De nombreux investissements ont été réalisés pour moderniser l’habitat, les équipements sportifs et culturels, les écoles, les espaces publics…

A la fin de notre mandat, et malgré tous ces investissements, le niveau d’emprunt sera de 7,2 millions d’euros. Soit 1,5 million de moins qu’en 2014 où nous étions à 8,7 millions d’euros de dette.

Aujourd’hui comme demain, nous mettrons tout en œuvre, aussi via une dynamique budgétaire positive, pour nos valeurs de solidarité, de coopération et de proximité, comme nous nous y sommes engagés.

Acteurs de la solidarité

Acteurs de la solidarité

Au 16ème jour de conflit en Ukraine, la situation est plus que grave, les armées de Vladimir Poutine n’épargnent personne dans leur invasion impérialiste. Les civils en sont les premières victimes, pris au piège dans leur propre pays, et c’est par millions qu’ils fuient vers l’ouest, vers l’Europe libre.

Au-delà des grands discours fraternels nous ne pouvons pas rester passifs. C’est pourquoi tant à Mourenx qu’à la CCLO un élan de générosité est venu des habitants et des élus.

La ville de Mourenx met en place plusieurs actions : un collectif de Mourenxois va assurer des collectes de matériels d’urgences en mairie, des actions de bénévolat sont aussi proposées, ainsi que la mise à disposition de logements pour l’hébergement de réfugiés (cinq via les bailleurs sociaux mais aussi chez des particuliers). Pour en savoir plus et s’engager, rendez-vous sur mourenx.fr ou directement à l’hôtel de ville.

A cet élan de solidarité nous avons également décidé de proposer au conseil municipal de faire le don de 6500 euros (soit l’équivalent d’un euro par habitant) à des actions caritatives pour venir en soutien au peuple ukrainien. Cette somme sera partagée entre la Croix-Rouge française et l’UNHCR.

A la CCLO c’est aussi collégialement que les membres de l’exécutif ont décidé de proposer au conseil communautaire de partager entre ces mêmes associations la somme de 55000 euros (équivalent, ici aussi, à un euro par habitant).

Ce sont des engagements forts mais qui sont à l’image de notre territoire et de ceux qui le composent : généreux, humanistes, solidaires et unis.

Unis et solidaires avec le peuple ukrainien

Unis et solidaires avec le peuple ukrainien

Une guerre fait rage sur notre continent.
Alors que nous espérions tous que les moyens diplomatiques pourraient suffire, les chars porteurs de sang et de mort de l’armée de Vladimir Poutine sont entrés en Ukraine la semaine dernière.

Une guerre qui nous rappelle que notre liberté chérie est si fragile, si précieuse.
Cette invasion infondée envoie toute une population dans un combat inégal face à la deuxième puissance militaire mondiale.
L’avancée de l’armée de Vladimir Poutine déplace les populations civiles qui se trouvent dans le besoin. A ce jour, le HCR comptabilise que 1 000 000 de réfugiés ont fui l’Ukraine.

Nous ne devons pas opposer les Russes et les Ukrainiens. Nous voyons bien que ce n’est pas le peuple russe qui est envahisseur mais bien que cela est l’unique volonté du maître du Kremlin et de ses proches. Les tenants d’une idéologie impérialiste se cachent derrière des discours haineux, des discours de rejet, attisant les peurs. 

Il faut garder à l’esprit que les agissements de Vladimir Poutine ont longtemps été valorisés par certain·e·s dans notre pays. Ceux-là même qui vantent l’autocrate russe dans ses excès et sa folie sont aujourd’hui candidat·e·s à l’élection présidentielle. Ne l’oublions pas.

Toute nation est libre de choisir son destin. Nous pouvons offrir à l’Ukraine le futur qu’elle désire. Les Ukrainiens, leur président en tête, nous prouvent leur force et leur bravoure. Nous ne devons pas les lâcher. Nous devons leur permettre de rejoindre l’Union Européenne. Je soutiens cette candidature et ai signé la pétition en-ligne pour une Ukraine européenne et souveraine.

Les images qui nous parviennent ne peuvent que nous émouvoir et nous obligent à notre manière.
Notre commune s’est toujours illustrée par sa soif de paix. Samedi dernier, nous avons exprimé notre solidarité avec le peuple ukrainien lors d’un rassemblement pacifiste devant l’hôtel de ville.
Mourenx, ville fraternelle, s’engage dans cet élan de fraternité.

Refusons cette vision macabre que veulent nous imposer les extrêmes, au contraire ouvrons-nous sur les autres. Accueillons, partageons, donnons, ouvrons nos cœurs et nos mains plutôt que de fermer nos poings. Le monde est abîmé et nous avons la responsabilité de le restaurer dans nos actes quotidiens.

Photo : Le président de l’Ukraine Volodymyr Zelensky © AFP

Pour un avenir toujours plus prospère

Pour un avenir toujours plus prospère

Depuis quelques jours les rues de nos communes s’illuminent à l’approche des Fêtes et des animations se font jour pour les préparer.

L’année qui s’achève aura été riche en actions et intense en engagements, bien que bousculée par la COVID, et 2021 fut source de réussite pour notre territoire.

Sur le plan de l’économie, en premier lieu, tous les feux sont au vert : le territoire de Lacq-Orthez bénéficie d’une vitalité forte et enviée. Alors qu’il y a quelques années des friches industrielles venaient rappeler les temps glorieux mais passés du bassin, aujourd’hui ces mêmes friches sont la preuve de notre renouveau économique : des entreprises naissent, des industries se tournent vers l’avenir et des emplois se créent. Cet avenir est déjà notre présent.

Par l’implantation de ces entreprises, par nos actions communautaires et municipales, nous nous tournons vers la transition écologique. Dans ce domaine c’est un discours que beaucoup d’élus tiennent, direz-vous. Mais il faut constater qu’il y a ceux qui l’annoncent et ceux qui la font. Dans tout ce que nous entreprenons le respect de la biodiversité, la décarbonation de nos activités, la recherche d’un développement durable sont maîtres mots. Il en est d’une alimentation plus saine dans les écoles de Mourenx et les crèches de la CCLO, de la rénovation frugale du belvédère, des entreprises pour une croissance verte que nous installons et développons sur notre territoire, etc.

Cette année, tant de choses ont été faites dans bien des domaines : le pôle de santé avance à grand pas, l’offre médicale s’enrichit, une résidence intergénérationnelle va sortir de terre, la rénovation urbaine bat son plein, nous développons les outils numériques pour renforcer nos missions de service public, les actions sociales et les animations culturelles font vivre notre territoire, etc.

Je voudrais surtout retenir qu’à la mairie de Mourenx, comme à la CCLO, s’est instauré un climat sain et apaisé. La majorité municipale avance forte et unie et à la CCLO c’est à l’unanimité que le projet de territoire et le budget ont été votés.

A la veille d’une année démocratiquement importante pour notre pays et alors que des discours d’exclusion et de haine se font jour, je veux vous inviter à la prudence pour ces échéances nationales. « Ne dissociez jamais la liberté de l’égalité » nous disait François Mitterrand. Veillons tous au respect scrupuleux des acquis sociaux et sociétaux pour que la gouvernance de la terreur et du tragique ne soit pas notre avenir.

Je souhaite que cette période de Fêtes soit pour vous source de joie et de partage.

Bonnes Fêtes de fin d’année.

Semaine de la laïcité : libres de s’exprimer

Semaine de la laïcité : libres de s’exprimer

Du 6 au 12 décembre se tiendra la 4ème édition de la Semaine de la laïcité de la ville de Mourenx.

La laïcité est une des valeurs à laquelle je suis le plus attaché car elle est à la source de notre cohésion nationale. La liberté de foi et de conscience garantit l’égalité et la fraternité de tou·te·s les citoyen·ne·s.

Ses fondements ont permis à notre pays d’être une terre d’accueil, d’entraide et de tolérance. La diversité qui en découle – qui nous pousse à aller vers l’autre – est notre richesse nationale, et Mourenx en est une belle illustration.

La laïcité est un équilibre à maintenir pour rester fidèle à nos principes et à nos valeurs républicaines.

Car elle n’est pas un acquis. Nous devons agir pour la conserver et la renforcer, face à des replis communautaires (qui veulent outre-passer le droit français) et à ceux qui se jouent de la division de la communauté nationale (particulièrement en cette période de campagne présidentielle).

La laïcité ne serait rien sans la liberté d’expression. En ces temps où la parole semble décomplexée, nous avons voulu nous questionner sur la liberté d’expression en en faisant le thème de l’édition 2021 de la Semaine de la laïcité.

La liberté d’expression est la liberté fondamentale de chaque citoyen·ne. Instituée par la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 et renforcée dans le préambule de la constitution de 1946, la libre communication des pensées et des opinions est offerte à tou·te·s.

Pourtant cette liberté n’est pas toujours simple à appréhender car elle a ses subtilités et limites.

Elle est aussi la plus fragile. Les dernières années nous l’ont montré quand ceux qui veulent imposer et enfermer ont sorti les armes pour la combattre, comme contre Charlie hebdo.

La Semaine de la laïcité propose : ateliers éducatifs et partage de leur production pour les CE2, rencontre avec le dessinateur Marc Large pour 280 collégiens et lycéens, boîtes à expressions par les comités de quartiers, atelier de tags, projection du documentaire « Histoire d’un regard » en présence du journaliste et lanceur d’alerte Etienne Merle, mais aussi animations et échanges par les associations locales au sein de différentes structures…

Pendant une semaine, de beaux moments de rencontre, de partage, de co-construction… nous attendent. Je sais que nous y trouverons tou·te·s un intérêt et renforcerons les valeurs qui fondent notre communauté nationale.

Retrouvez toutes les animations détaillées sur : www.mourenx.fr

Egalité pour tou·te·s

Egalité pour tou·te·s

Hier était la Journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes.

Si l’actualité tient à mettre en avant ce sujet et que le gouvernement fait des annonces, peu de réelles mesures sont mises en œuvre contre ces violences.

Ces violences dont les agissements semblent tomber dans l’indifférence et nombre de leurs auteurs ne sont toujours pas inquiétés.

Le courage de celles qui arrivent à témoigner et la force de celles qui manifestent, comme le week-end dernier, doivent nous guider vers un combat : pour éviter, pour défendre, pour déconstruire, pour libérer.

Ce combat permanent est bien plus large, il est celui de l’égalité entre tou·te·s.

Face à ces constats nous devons avoir une réflexion collective d’ampleur et nous mobiliser dans nos vies, dans nos territoires et au quotidien.

A Mourenx nous nous engageons. Ainsi, dès ce soir et ces prochains jours, nous vous proposons plusieurs temps forts, portés par les structures municipales et les associations.

Aujourd’hui, vendredi 26 novembre à 20 h 30 au Ciné M : ciné-débat autour du film « Slalom », de la réalisatrice Charlène Favier, sélection officielle au Festival de Cannes 2020.
« Lyz, 15 ans, vient d’intégrer une prestigieuse section ski-études. Fred, ex-champion, est désormais son entraîneur. Galvanisée par son soutien, Lyz s’investit à corps perdu, physiquement et émotionnellement. Elle enchaîne les succès mais bascule rapidement sous l’emprise absolue de Fred… ».
Cette soirée est proposée par l’association mourenxoise Olympe qui œuvre pour les droits des filles et des femmes depuis 2013.
Anne Saouter, anthropologue spécialiste des questions sur la place des femmes dans le sport, sera présente pour échanger.
(Tarif unique : 4,20 €)

Samedi 27 novembre à 10 h au Grand dojo : atelier de self défense animé par un professeur agréé avec l’AMM Judo.
Anne Saouter sera également présente pour échanger avec les participantes.
Gratuit.

Mercredi 1er décembre à 18 h 30 au Grand dojo : ateliers autour du karaté avec le Karaté Club.
Trois ateliers différents seront proposés pour découvrir le karaté sous toutes ses formes : karaté boxing, karaté santé et bien-être, self défense.
Gratuit

Le site Internet arretonslesviolences.gouv.fr regroupe plusieurs informations et coordonnées pour aider les femmes victimes de violences sexistes et sexuelles, mais aussi pour ceux qui veulent témoigner et agir. 

Etre au rendez-vous du défi climatique

Etre au rendez-vous du défi climatique

Le monde de demain, celui que nous allons transmettre à nos prochains, est incertain.

Notre société s’est développée avec frénésie, sans trop se soucier ni des ressources de la terre, ni de sa biodiversité, abimant notre planète et détruisant de nombreuses espèces animales et végétales.

L’Homme est responsable du changement climatique et des terribles conséquences qu’il entraine.

Désormais les catastrophes sont quotidiennes. Rien que sur notre territoire, il y a eu une tornade à Serres-Sainte-Marie et deux crues centennales à Mourenx en 18 mois. Ces bouleversements climatiques impactent tout le monde mais en premier lieu les plus fragiles.

Face aux épreuves, face aux appels des experts et aux cris de la jeunesse, nos gouvernants restent mutiques.

Il y a aujourd’hui une véritable urgence à agir pour changer les choses.

Aux responsabilités, à la mairie comme à la communauté de communes, nous devons impulser ce changement.

La transition éco responsable que nous mettons en œuvre vise à réduire notre empreinte carbone et à lutter contre le réchauffement climatique, tout en maintenant un niveau élevé d’investissements.

Cela nous l’inscrivons dans le projet de territoire de la CCLO, dans le Contrat de relance et de transition énergétique (CRTE) et prochainement dans le Contrat d’objectif territorial (COT), signé avec l’ADEME.

Plus concrètement nos actions s’illustrent par une rénovation frugale du Belvédère, par une alimentation en circuits courts et au bio à la cantine, par les déplacements à pied vers la cantine et non en bus, par les éco-ateliers et éco-animations…

Mais ce sont aussi des actions de développement économique avec la production d’énergies renouvelables sur le bassin de Lacq : le méthaniseur, les centrales photovoltaïques, le stockage d’énergie, etc.

Toutes contribuent à cette prise de conscience collective et doivent nous amener à nous affirmer comme citoyens du monde.

Ce sont cette immense responsabilité et ces nouveaux chalenges qui s’ouvrent à nous qui nous poussent à agir vite. Ensemble relevons ce défi.