Congrès des maires du 64 : entre satisfactions pour notre territoire et craintes pour les collectivités

Congrès des maires du 64 : entre satisfactions pour notre territoire et craintes pour les collectivités

Vendredi dernier s’est tenu le deuxième congrès des maires des Pyrénées-Atlantiques, à Biarritz.

J’ai participé à une table-ronde sur la transition énergétique avec Jean-Jacques LASSERRE, le président du Conseil départemental, Sandrine DERVILLE, vice-présidente du Conseil régional, Alain SANZ, le président de l’Association des maires du 64 et Isabelle PARGADE, vice-présidente de la Communauté d’agglo du Pays basque.

Ce temps d’échange m’a permis d’évoquer notre mix de production d’énergies renouvelables à Lacq-Orthez. Nous produisons l’équivalent de 73 % de nos consommations énergétiques à partir de ressources renouvelables. Le territoire produit en moyenne 2130 GWh chaque année (grâce au méthaniseur, aux centrales photovoltaïques, à l’hydroélectricité, etc.), soit l’équivalent de la consommation résidentielle de près d’un million de Français. Ces chiffres ne laissent personne indifférent et sont exemplaires

Ces actions engagées vers la transition énergétique et la décarbonation sont nées il y a 10 ans sous l’impulsion des élus de la CC Lacq-Orthez. Notre trajectoire est bien engagée ce qui nous permet de voir émerger des projets uniques et porteurs d’un avenir meilleur pour la Planète et celles et ceux qui l’habitent et l’habiteront.

Le projet E-CHO d’Elyse Energy a bien sûr été évoqué. Avec ses plus de 2 milliards d’investissement, ses trois sites fonctionnant en symbiose et avec leurs voisins, les 800 emplois directs et indirects créés, l’industriel produira du carburant bas-carbone pour le transport maritime et la chimie et du e-biocarburant pour le transport aérien. C’est une révolution dans la décarbonation et elle est à Lacq-Orthez. Les acteurs de la forêt présents voient ce projet comme une réelle opportunité pour développer la filière sylvicole et mieux s’occuper de nos forêts que nous le faisons aujourd’hui.

Pourtant, alors que nous sommes pleinement engagés dans ces transitions et que l’Etat dans sa communication publique semble nous accompagner, nous rencontrons de nombreux freins : administratifs, législatifs… qui se multiplient dans le temps. Nous voyons aussi arriver le fameux ZAN (Zéro artificialisation nette). Si sa finalité environnementale est noble et compréhensible, il faut, pour qu’il soit acceptable, qu’il comporte des exceptions : pour l’industrie stratégique de notre pays, pour les entreprises de la décarbonation et la production d’énergies renouvelables.

Ses contraintes de planification – parfait exemple de la bureaucratie française et de son excès de normes – s’ajoutent à la diminution de nos dotations et deviennent un frein pour nos collectivités.

Nous partageons toutes et tous ce constat et ne cessons d’en faire part à nos gouvernants (législateurs et gouvernement) qui semblent bien loin de ces préoccupations. Les élus de la CC Lacq-Orthez et maires de notre territoire présents vendredi n’ont pas manqué de faire, une nouvelle fois, ces mêmes remontées.

Ce temps de parole a été l’occasion d’évoquer de nouveau le projet de stockage, sous nos pieds, de déchets de CO2 d’industriels extérieurs à notre territoire. Vous le savez, m’opposer au projet PYCASSO (qui vient de changer de nom mais pas de finalité) reste mon engagement premier pour notre avenir. J’ai rappelé au représentant de Teréga, présent dans la salle, notre opposition ferme à leur projet. Mon attention et mon combat restent quotidien.

Dans nos agendas d’élus et d’acteurs institutionnels très chargés ces temps d’échanges et de rencontres sont utiles. Partager nos expériences est bénéfique.

Je suis heureux, avec les élus, de servir Lacq-Orthez tous les jours et fier d’évoquer ses réussites.

Visite ukrainienne : fraternité, découvertes et jumelage au programme

Visite ukrainienne : fraternité, découvertes et jumelage au programme

La semaine passée, après plusieurs échanges en amont, Mykola Baksheiev le maire de Pervomaiskyi, en Ukraine, et trois de ses élus sont venus à Mourenx à notre invitation.

Pervomaiskyi (dont le nom signifie 1er mai) est une commune à l’est de l’Ukraine à 70 km de Kharkiv, qui a de nombreuses similitudes avec nous. L’installation d’une importante industrie chimique en 1968 a grandement développé la ville qui compte désormais près de 30 000 habitants.

Depuis l’invasion de leur pays par la Russie de Vladimir Poutine, la commune, qui se trouve à quelques kilomètres du front, accueille de nombreux réfugiés de guerre. Bien que l’accueil soit fraternel et généreux, elle rencontre des difficultés logistiques avec ces 9000 habitants supplémentaires.

Ayant connu l’occupation nazie puis communiste, Pervomaiskyi croit en la victoire de l’Ukraine libre. Ses élus sont animés par un désir profond de reconstruction, et souhaitent tisser des liens avec une ville européenne qui leur ressemble pour intégrer un jour l’Union Européenne.

Arrivés le lundi de Pâques, la délégation a été reçue en présence de familles ukrainiennes réfugiées de notre ville. Ce jour férié a permis de découvrir notre commune : entre bourg béarnais et ville-nouvelle, entre agriculture et industries énergétiques et novatrices.

Mardi matin c’est cette thématique industrielle qui été abordée au sein de Chemstart’up. Notre tournant majeur, il y a dix ans, vers une industrie de production d’énergies renouvelables et une chimie verte est source d’espoir pour eux.
La visite de l’unité de méthanisation de TotalEnergies fut instructive pour ces élus qui souhaitent ardemment sortir de la dépendance du gaz russe.
L’après-midi la question cruciale du traitement des déchets a été abordée. C’est une véritable problématique dans cette commune qui a vu sa population croître fortement en quelques mois. Les services de la Communauté de communes de Lacq-Orthez ont organisé une présentation de notre politique en la matière puis une visite de notre usine d’incinération des ordures ménagères.

Mercredi matin, le marché de Mourenx a permis de découvrir encore les spécialités locales et internationales de notre ville cosmopolite avant un passage par le pôle de santé, pour apprécier la réussite de cet équipement, puis au MI[X].
L’après-midi nous avons visité Pau, le boulevard des Pyrénées et les abords du château.

Jeudi, les services communautaires ont organisé un tour de notre territoire d’ouest en est, d’Orthez à Monein, de la Tour Moncade à l’Eglise Saint-Girons, le tout sur le thème du tourisme.
En fin de journée, les élus de Pervomaiskyi ont participé au Bureau municipal de la Ville, instance qui gère les dossiers du quotidien et discute des propositions soumises au conseil. Cela leur a permis de voir à quoi ressemble la démocratie locale à la française.

Vendredi fut une belle journée, comme pour toutes les Mourenxoises et tous les Mourenxois, emplie d’activités sportives et se clôturant par l’inauguration festive du gymnase municipal rénové. Présente, la maire de Pedrola, notre commune espagnole jumelée, a pu avoir un échange précieux avec la délégation de Pervomaiskyi.

La fin du séjour fut un temps de partage et de découvertes avant un retour vers l’Ukraine hier.

Je veux remercier nos invités et les élus de la majorité municipale, ainsi que Gérard Ducos et Régis Cassaroumé, mais aussi l’action des services municipaux et communautaires, tous ceux qui nous ont accueillis et aussi les propriétaires du gîte « La maison du jardin » à Lagor pour leur hospitalité. Un grand bravo à Julia, réfugiée Ukrainienne à Pardies pour la traduction, elle qui ne parlait pas français il y a deux ans et qui excelle désormais dans la langue de Molière.

Prenons la mesure de la chance qui est la nôtre de vivre dans un pays démocratique épargné par la guerre.

A quelques semaines des élections européennes, j’espère que la France ne montrera pas l’image d’un pays qui se renferme, qui se tourne vers des idéologies funestes, faussement patriotiques et égoïstement nationalistes.
« Le nationalisme c’est la guerre » comme nous l’a rappelé François Mitterrand.

Grâce à cette visite, j’ai vu de l’espoir dans les yeux des enfants Ukrainiens que nous accueillons depuis deux ans, j’ai vu des réfugiés se tourner vers l’avenir, j’ai vu des élus qui se battent avec détermination pour construire leur avenir.

Bâtir la paix se fera autour de la fraternité, à notre petit niveau nous en serons les artisans.
Ensemble nous sommes plus forts pour faire triompher la liberté et la démocratie !

Vive Mourenx et хай живе Первомайський (vive Pervomaiskyi) !

2024, des ambitions aux réalisations

2024, des ambitions aux réalisations

S’il suffit d’allumer la télévision pour entendre de mauvaises nouvelles, il suffit de regarder les mois passés et les mois à venir pour voir que 2024 s’annonce bonne pour notre territoire.

A Mourenx, 2023 a été marquée par l’inauguration du pôle de santé, le foudroyage de la tour des Célibataires et le spectacle de Nos Cabanes, qui a mobilisé le tissu associatif, les comités de quartier et d’une manière générale les habitants de la ville.

2024 verra nos ambitions se concrétiser avec, entre autres, la fin des travaux du nouveau gymnase, la livraison de la résidence intergénérationnelle Pablo Picasso, la construction d’un foyer à Mourenx-bourg pour le club de football, la rénovation de la place du Béarn avec des espaces verts et la création d’un cheminement qui ira jusqu’au Belvédère.

Nous allons réhabiliter la friche qu’est devenu le Belvédère avec la volonté de revenir à son état originel et d’en faire le « phare » de Mourenx.

A la Communauté de communes de Lacq Orthez, 2024 est l’année des dix ans. En 2014 ce n’était pas la dernière grande fusion pour notre intercommunalité, non c’était la naissance d’une nouvelle communauté de communes qui, aujourd’hui, s’inscrit dans le paysage comme l’une des plus dynamiques.

Les défis sont nombreux, nos missions sont de plus en plus complexes, les attentes de plus en plus fortes et nous restons les artisans engagés de la vie de nos villes et de nos villages.
Il y a le quotidien – la voirie, les espaces-verts, l’animation, la petite enfance, etc. – et il y des chantiers colossaux qui nous attendent les prochains mois pour dessiner notre territoire pour les décennies à venir : urbanisme, logement, énergies, habitat…

Mais comment pourrait vivre un territoire sans créer de la richesse, sans créer de nouveaux emplois, sans se développer économiquement ? Il ne pourrait pas.
C’est pourquoi notre travail quotidien se porte là-dessus et non sans un certain succès. Nous accueillons les industries de la chimie verte, de la décarbonation, des énergies renouvelables… c’est chez nous que se dessine demain. Avec l’ancien président de la CC Lacq-Orthez, Jacques Cassiau-Haurie, nous avons préparé l’avenir.

Cet avenir se construit avec l’ensemble des acteurs de notre territoire et je les en remercie.

A toutes et tous mes vœux de santé, de bonheur et de prospérité.

Continuons de croire en notre futur et osons !

Stockage de CO2 : ne les laissons pas sacrifier le Bassin de Lacq

Stockage de CO2 : ne les laissons pas sacrifier le Bassin de Lacq

Le Bassin de Lacq, c’est 1600 nouveaux emplois attendus d’ici à 2028, qui, additionnés aux 7500 emplois industriels actuels, rendront notre territoire plus dynamique qu’à l’époque faste de l’extraction gazière.
Le parfait exemple est le projet e-Cho (bio-carburants) avec ses 2 milliards d’investissement et ses 800 emplois directs et indirects.
Le territoire de Lacq-Orthez, c’est 55 000 habitants, plus de 20 000 emplois, un territoire en pleine croissance.
La Communauté de communes de Lacq-Orthez, c’est 9 millions d’euros de budget d’investissement, votés hier par les élus pour des missions de service public (voirie, mobilités, traitement des déchets…) maintenues voire accrues et sans augmentation de la fiscalité.

Les voyants sont au vert… En seulement dix ans, par des actions politiques offensives, nous avons rendu notre territoire actif et attractif.

Aujourd’hui Lacq-Orthez décarbone l’avenir !

Pourtant des « pôles de réflexion », un pétrolier étranger, un acteur de transport et de stockage de gaz flanqué de quelques personnes zélées, voudraient tout faire disparaitre en transformant notre territoire en lieu de stockage souterrain de CO2, au bénéfice de gros pollueurs (qui ne sont pas du Béarn).

Depuis de nombreux mois j’alerte – comme via cette newsletter en avril dernier mais aussi à plusieurs reprises auprès du gouvernement, des décideurs, des entreprises impactées (dont le PDG de TotalEnergies), et des salariés – sur ce sujet qui soumettrait notre population à des risques non maîtrisés.

Les promoteurs de cette idée de séquestration nous affirment que stocker du CO2 dans des puits qui ne sont plus en activité est une solution… Mais les puits du Bassin de Lacq ne sont pas déplétés (ils sont toujours en activité) ! Des contrats d’exploitation de ces puits courent jusqu’en 2043 et d’ailleurs, force géologique de notre sous-sol, les gisements se regonflent, il y aurait donc une exploitation possible au-delà.

Si l’extraction commerciale a pris fin en 2013, le gaz de Lacq est toujours utilisé pour les activités industrielles. 1500 emplois y sont directement liés, en particulier pour la chimie du souffre dont ARKÉMA est le leader mondial. Et ces emplois sont la base des 7500 emplois industriels du Bassin de Lacq. Stopper l’extraction actuelle du gaz c’est tuer tous ces emplois, c’est tuer un bassin de vie qui renaît, c’est tuer notre territoire d’excellence.

Toutes ces années d’efforts pour accueillir des industries innovantes participant à la décarbonation de la Planète et à la souveraineté nationale ne peuvent pas être réduites à néant, pour de la spéculation et du green washing.

Les solutions d’évitement, de réduction et de valorisation du CO2 sont, à mon sens, la priorité.

Nous sommes, plus que jamais, engagés à défendre nos trajectoires industrielles et économiques nouvelles au bénéfice de toutes et de tous et de Lacq-Orthez.


En illustration, la pose de la première pierre de la 6ème ligne de production de Toray à Abidos mercredi dernier, 125 millions d’euros et 50 emplois supplémentaires, avec le soutien financier (entre autres) de la CC Lacq-Orthez. Ça c’est de la décarbonation utile.

Changer pour espérer : Lacq-Orthez décarbone l’avenir

Changer pour espérer : Lacq-Orthez décarbone l’avenir

La décarbonation est aujourd’hui un enjeu majeur si nous voulons continuer à vivre sur une planète respirable et assurer un avenir aux générations futures.

Chaque année, chaque mois, nous battons des records de température, nous sommes témoins de phénomènes climatiques plus violents, plus fréquents. La biodiversité, l’accès à l’eau, nos cultures, sont menacés. Chaque année nous consommons toujours plus tôt les ressources de la planète.

Si la situation est alarmante, critique, elle est aussi propice à de nouvelles innovations, à de nouvelles inventions, à la recherche de nouveaux modes de vie pour relever le défi de l’urgence climatique.

Elle nous engage à changer pour espérer.

Sobriété, exigence, innovation et résilience nous permettront de décarboner. Il y a tant d’autres façons encore. Chacun, à sa place, a une responsabilité et se doit d’agir.

La communauté de communes de Lacq-Orthez y prend sa part en accompagnant la production d’énergies renouvelables, en encourageant le verdissement des activités industrielles et en limitant l’impact des activités humaines sur l’environnement.

Nous nous sommes engagés dans la réduction de nos déchets, un meilleur tri et une valorisation de ces derniers.

Nous limitons autant que faire se peut notre empreinte carbone dans nos futurs développements : consommation foncière, mobilités, rénovation énergétique des logements et des bâtiments, circuits courts, recyclage…

Le nouveau magazine communautaire – « LO Mag » – qui vient de sortir, illustre cela au travers des nombreuses actions et politiques que nous mettons en place. Nous avons souhaité y consacrer une grande part car la lutte contre le réchauffement climatique passe aussi par la sensibilisation la plus large possible du grand public.

Au prix de responsabilité et d’actions concrètes nous pouvons construire un avenir durable, en préservant notre planète. C’est ce que nous nous efforçons de faire au quotidien.

Retrouvez le magazine de la CC Lacq-Orthez en ligne sur www.cc-lacqorthez.fr

Projet France Travail : l’Etat éloigne les demandeurs d’emploi de leur territoire

Projet France Travail : l’Etat éloigne les demandeurs d’emploi de leur territoire

Alors qu’il n’était que rumeur et imprécision le projet France Travail vient d’être présenté hier, dans ses grandes lignes, à la presse par le haut-commissaire à l’emploi.

Sur le papier ce projet semble nécessaire puisqu’il vise à atteindre le plein-emploi d’ici 2027.
A y regarder de plus près il est un appauvrissement du service et un risque pour les demandeurs d’emploi dans nos territoires, avec pour unique raison de faire des économies (de personnels surtout).

Cette réforme ne fait pas de bruit, au milieu d’une réforme des retraites toujours contestée, pourtant elle nous impacte tous : employés, employeurs, élus…
L’Etat tend à se substituer au rôle des acteurs locaux engagés dans les politiques pour l’emploi.

Avec ce projet les missions locales seraient absorbées par France Travail, devenant un simple service associé : France Travail Jeunes, dès le 1er janvier prochain.

Les missions locales sont au cœur des bassins de vie en apportant des réponses précises aux difficultés locales d’emploi : accompagnement des 16 – 25 ans non-scolarisés en recherche d’emploi, information pour les jeunes dès 13 ans et lieu d’orientation sur l’emploi, la reconversion, la création d’entreprise… pour tous et sans limite d’âge.
Ces structures associatives sont cofinancées par les intercommunalités. La CC Lacq-Orthez subventionne à hauteur de 208 000 euros par an la Mission locale des territoires de Mourenx-Oloron-Orthez (Tm2o) qui regroupe les communautés de communes de Lacq-Orthez, Haut-Béarn, Béarn des Gaves et Vallée d’Ossau.

A la place d’un conseiller dédié, l’attribution de l’opérateur en charge du demandeur d’emploi se fera par un algorithme d’orientation, comme pour Parcoursup, dont nous savons les défaillances.
La recherche d’un emploi est une chose difficile, qui impacte psychologiquement, à cette charge déjà lourde l’Etat rajoute la distanciation et la déshumanisation de l’intelligence artificielle.

L’essentielle proximité de l’accompagnement vers l’emploi qu’offrent les missions locales va disparaitre et les « demandeurs invisibles » le resteront.

Les inquiétudes des missions locales sont légitimes quant à leur avenir, tout comme celles de Cap emploi (qui accompagne les travailleurs handicapés et leurs employeurs).

Lors de son allocution de lundi, Emmanuel Macron a évoqué un « pacte de vie au travail » et le plein-emploi. Pourtant le projet France Travail va à l’encontre du bienfondé que devraient être ces objectifs.

Le Président de la République ne fait que faire renaître un Etat jacobin, loin des grands actes de décentralisation qui mettaient les territoires au centre de la gouvernance de leurs administrés.
La demande de proximité renouvelée lors du grand débat reste lettre morte pour nos gouvernants qui semblent coupés du peuple.

Continuons le combat contre la réforme des retraites

Continuons le combat contre la réforme des retraites

En ce nouveau jour de mobilisation sociale contre la réforme des retraites, j’ai tenu à réitérer mon opposition à cette réforme injuste en manifestant à Pau. La mobilisation était encore très massive, pour ne pas dire record par endroits. Ce qui est la preuve de la détermination de toutes et tous.
Même sur notre territoire de Lacq-Orthez des rassemblements se sont déroulés ces derniers jours.

Un départ à la retraite à 64 ans, sans contrepartie, et sans prendre en compte la pénibilité est d’une grande injustice et creuse davantage le fossé entre les travailleurs et leur travail. Quelle valeur est offerte au travail en réduisant les droits des travailleurs ? Ce changement est injustifié !
Sans oublier que contrairement au discours officiel, cette réforme ne réduit pas les inégalités entre les femmes et les hommes et n’offre pas une meilleure rémunération pour les petites retraites. Nous sommes tous concernés ; ne nous laissons pas maltraiter !

La concertation prônée par la Première ministre n’est qu’un élément de langage et non une réalité.
Le débat à l’Assemblée nationale fut inaudible pour tous les citoyens. D’ailleurs avons-nous vu et entendu notre parlementaire être aux côtés des Françaises et des Français engagés ?
Pis encore, le travail sénatorial a été une mascarade, fait d’arrangements de « marchands de tapis » et montrant le vrai visage du parti présidentiel.

La France dite périphérique se lève. Cette France toujours oubliée par un Etat jacobin, dans un pays jamais vraiment décentralisé et encore plus avec un Président de la République qui gouverne seul.

Ce Président a été élu grâce aux voix de la gauche pour éviter que l’extrême droite accède au pouvoir. Cette élection n’est pas une adhésion à son programme et ne lui offre pas toutes libertés pour 5 ans. Alors oui, Monsieur le Président, la rue est légitime ; c’est le peuple qui est dans la rue.

J’ai de grandes craintes sur la suite de ce mandat. Les paroles du chef de l’Etat hier prouvent sa totale déconnexion avec les Françaises et les Français et leur vie. Emmanuel Macron – qui se « disait ni de gauche, ni de droite » – est en réalité indéterminable et, en même temps, malfaisant.

Aujourd’hui, comme hier et encore plus demain : restons toutes et tous mobilisés !

Mourenx retrouve une offre médicale de qualité avec son pôle de santé

Mourenx retrouve une offre médicale de qualité avec son pôle de santé

Hier, lundi 6 mars avec le préfet des Pyrénées-Atlantiques, Julien CHARLES, le président de la région Nouvelle-Aquitaine, Alain ROUSSET, les professionnels de santé et de nombreux·ses élu·e·s et Mourenxois·es, nous avons inauguré le pôle de santé Simone Veil, place du Béarn.

Face au départ à la retraite de plusieurs médecins et pour éviter la désertification médicale qui touche le pays qui avait le meilleur système de santé, nous devions réagir pour Mourenx.

Réalisé par la ville, alors que nous n’en avons pas la compétence mais simplement avec volontarisme, détermination et recherche de moyens (humains et financiers) nous avons créé le pôle de santé.
Notre idée de salarier les médecins fut reprise par l’association SANTAT, qui en emploie aujourd’hui sept. Le salariat des praticiens est une solution de qualité pour l’attractivité du territoire et pour leur offrir les conditions de vie et de travail qu’ils souhaitent désormais.
Après de nombreux échanges et réflexions sur l’offre de soins coordonnés, nous aboutissons, aujourd’hui, à ce projet vital non pas simplement pour la ville mais pour ses habitants.

Anticiper, proposer et réaliser, n’est-ce pas ce que l’on demande aux élu·e·s ?!

Réaliser le pôle de santé en cœur de ville est un choix de bons sens : à proximité des pharmacies, des services et des commerces du quotidien. Pourtant il a fallu se battre face à des projets ne répondant pas aux attentes des habitants.

Même les professionnels de santé au départ opposés à notre projet ont rejoint notre dynamique locale, pour une offre de soins au plus près de la population.

Ainsi dans les 1100 m² d’un bâtiment à l’architecture contemporaine et lumineuse se regroupent une trentaine de praticiens : médecine générale, cabinets infirmier, dentaire, d’ophtalmologie, de psychomotricité, d’ostéopathie, de podologie-pédicure…
Les 2 millions d’euros de travaux ont été subventionnés à hauteur de 40 %.

Nous avons fait le choix de donner le nom de Simone Veil à ce pôle de santé.
Femme de combat, meurtrie par la barbarie nazie pendant sa jeunesse, elle a su s’émanciper en devenant magistrate avant de rejoindre la politique.
En 1974, alors ministre de la Santé, elle a la charge de faire adopter la loi dépénalisant l’interruption volontaire de grossesse (IVG) tant pour offrir un « dernier recours » aux Femmes mais aussi pour éviter les avortements clandestins et risqués.
Elle a dû se battre contre des oppositions enfermées dans des convictions archaïques pour faire adopter une des lois les plus importantes du XXème siècle. Aujourd’hui encore de tristes personnages s’attaquent à cette loi et à la mémoire de Simone Veil. C’est pourquoi je suis favorable à l’inscription de l’IVG dans la Constitution.
Femme de conviction, elle se disait « à gauche pour certaines questions, à droite pour d’autres ». C’est avec beaucoup de résilience qu’elle s’est engagée dans la construction d’une Europe démocrate, en devenant la première présidente du Parlement européen, elle fut aussi à la source de nombreux combats pour la parité, la diversité et tant de combats humanistes.

Je ne doute pas que le pôle de santé Simone Veil sera bénéfique à tous.
Je fais le vœu que d’autres territoires sauront accompagner ces nouvelles organisations de travail des professionnels de santé par des pratiques collaboratives, comme nous avons su le faire ici.

Avec cet équipement Mourenx bénéficie désormais d’une offre médicale pérenne et de qualité.

Engagés pour la santé

Engagés pour la santé

Face à la désertification médicale (qui se généralise), à une population française vieillissante, à des modes de vie qui changent, à des professionnels de santé dont l’exercice a évolué, à des délais de plus en plus longs pour une consultation ou des soins et, pire encore, à des moyens en baisse depuis trop longtemps, les acteurs locaux doivent s’unir pour préserver l’offre et la qualité des soins sur leur territoire.

Ainsi, en 2016, la CCLO s’est engagée dans un Contrat local de santé (CLS). Ce dispositif vise à mettre en œuvre des actions de prévention, promotion, accompagnement et organisation des soins… au plus près des populations. Il est porté conjointement par les collectivités territoriales et l’Agence régionale de santé (ARS). Les différents acteurs du contrat : professionnels de santé, structures institutionnelles et médico-sociales, communes, mais aussi Département des Pyrénées-Atlantiques travaillent ensemble sur ces thématiques vitales.
La CCLO s’est associée à la communauté de communes du Béarn des gaves pour traiter plus globalement de ces problématiques sur le centre du département.

Le premier CLS (2016 – 2019) a permis d’enclencher des dynamiques et de nouveaux partenariats pour améliorer l’offre locale de santé.
Fort de cette réussite nous nous engageons dans un deuxième CLS, jusqu’en 2027.
Le 7 février dernier, à la CCLO, s’est tenu un comité de pilotage qui a validé unanimement les 24 actions des 4 axes du CLS : accès aux soins et coordination, favoriser l’autonomie, prévention et promotion de la santé, environnement favorable à la santé.

Créer de la richesse, de l’emploi, soutenir le commerce ou encore améliorer le logement ne suffisent pas à faire vivre un territoire. C’est pourquoi nous sommes aussi pleinement engagés pour que soit proposée une offre de soins décente et de grande qualité.

A Mourenx, le centre de santé Simone Veil a ouvert en ce début d’année en plein centre-ville et sa forte fréquentation est la preuve de son utilité au-delà de la ville. J’aurais le plaisir d’en reparler prochainement lors de son inauguration.

Le système de santé français est en crise ! Comme souvent en de telles circonstances ce sont nous, les collectivités, qui faisons le travail à la place de l’Etat, sans véritables moyens, en exerçant une compétence qui n’est pas la nôtre mais avec créativité à l’image de la zone de la passerelle (ex Saïca) à Orthez qui accueillera les nouveaux bâtiments de l’antenne locale du Centre Hospitalier des Pyrénées (CHP).

© senivpetro sur

Sauvons nos retraites, préservons nos vies

Sauvons nos retraites, préservons nos vies

Hier le pays a connu une nouvelle journée de mobilisation massive contre la réforme des retraites du gouvernement Macron – Borne.
A Pau nous étions 18 500 à manifester, soit 4 500 de plus que le 19 février dernier.
Au-delà de Paris c’est bien la province qui est dans la rue et qui prouve que les Françaises et les Français rejettent cette réforme infondée et néfaste.

L’allongement de la durée de cotisation et le recul de l’âge de départ à la retraite sont une vraie fausse bonne idée pour régler le problème du financement des retraites, si tant est qu’il y ait un problème.

La recherche d’un équilibre financier pourrait se faire ailleurs : sur les compléments de salaire aujourd’hui non soumis à cotisation comme l’intéressement, sur les dividendes pour les salariés… D’autres leviers existent, le gouvernement sait bien trouver des milliards quand il le souhaite.

Le fait que nous vivions plus longtemps est sans doute dû à un départ à la retraite à un âge décent et à notre système de santé. Or, aujourd’hui, l’état des moyens de santé publique est plus que dégradé et le gouvernement s’attaque désormais à la retraite de toutes et tous.

Ce que défendent les travailleurs aujourd’hui ce ne sont pas leurs acquis, c’est une vision différente du partage des richesses. Notre société voit les différences de salaires se creuser comme jamais, avec des niveaux de rémunération sans maximum alors que le salaire minimum ne suffit plus pour vivre dignement.

Cette réforme accroît les injustices : pour les femmes, pour ceux qui ont des carrières incomplètes (souvent dues à leur vie de famille ou à des difficultés personnelles), pour ceux qui ont commencé à travailler un peu tardivement…

Je crois en la valeur travail. Je la crois essentielle à l’épanouissement de l’homme. Toutefois notre rapport au travail change, nous ne pouvons pas le nier. Nos attentes sont différentes et ne vont pas à l’encontre de la bonne marche du pays.

En ce 1er février, les coûts de l’électricité bondissent de 15 %, les péages augmentent, faire le plein atteint de nouveau les 2 € le litre, la durée de l’indemnisation chômage est réduite (par ce gouvernement), le coût du logement n’a jamais été aussi élevé depuis 30 ans (rapport de la Fondation Abbé Pierre de ce jour), les associations de distribution de denrées alimentaires voient la demande exploser, le taux de rémunération du livret A – bien qu’en hausse – ne rejoint pas celui de l’inflation… Cette liste désastreuse est bien trop longue.
Le gouvernement et la puissance publique ne prennent pas la mesure de la dégradation des conditions de vie de millions de Françaises et de Français, alors que d’autres s’enrichissent à outrance sur le dos de ces inégalités.

Tout ceci nourrit la fracture sociale !

Alors dans une République qui affiche égalité et fraternité sur le fronton de ses édifices, il serait bon que le gouvernement entende que ceux qui défilent aujourd’hui ont contribué à un front républicain qui finira par céder si le peuple n’est pas entendu.