Poursuite du renouvellement urbain : la résidence intergénérationnelle inaugurée

Poursuite du renouvellement urbain : la résidence intergénérationnelle inaugurée

Encore un engagement tenu !
Vendredi dernier, avec le directeur général de Domofrance, les partenaires, les élus mourenxois et de nombreux maires de la CC Lacq-Orthez, nous avons inauguré la résidence intergénérationnelle Pablo-Picasso.

Située sur l’ancien site de l’école Victor-Hugo, fermée il y a quelques années, et au pied du Belvédère (lieu emblématique de la ville et symbole du Bassin de Lacq) : 7 maisons (du T3 au T5) avec jardin et garage ainsi que 18 logements seniors ont été créés.

Avec cette réalisation nous répondons à une double demande : permettre aux familles de bien se loger et offrir aux seniors une plus grande autonomie dans des logements adaptés et avec des services dédiés accessibles.

La demande de logements pour les seniors était sous tension. La preuve en est, tous les logements sont déjà attribués.
18 logements (T2 et T3), pré-équipés, clairs, fonctionnels et avec vue sur les Pyrénées, comment ne pas y succomber ?!

Le bailleur social met à disposition une salle de rencontre pour favoriser le « vivre-ensemble » intergénérationnel. Notre CCAS et notre service municipal Seniors participeront à l’animation de ce lieu de convivialité : des liens essentiels pour une communauté fraternelle.

D’un coût total de 4,3 millions d’euros, le projet a été soutenu par la Banque des territoires à hauteur de 2 millions d’euros. Egalement partenaires, le Conseil départemental a participé pour 290 000 €, l’Etat pour 140 000 €, la Région pour 80 000 € et enfin la Communauté de communes de Lacq-Orthez pour 90 000 €.

La France traverse une véritable crise du logement, et ce n’est pas nouveau. Les difficultés pour se loger, à un prix soutenable et dans des conditions acceptables, ne sont pas assez souvent prises en compte.

Nous devons nous retrousser les manches au niveau local !
C’est pourquoi, nos actions pour le logement continuent. Une seconde tranche va voir le jour sur ce même site avec 16 logements individuels, la construction de 29 logements au Paloumé pour les étudiants et jeunes actifs, de 12 logements sociaux rue du Pic du Midi d’Ossau et bien sûr les 22 logements de haute-qualité environnementale des « Terrasses du Tourmalet », résidence sociale à la place de la tour des célibataires.

S’adapter à la demande actuelle c’est aussi faire des choix audacieux. Ainsi deux barres de logement, place de Gavarnie et avenue Pasteur, et la tour T3, allée de Gavarnie, vont disparaître.

Tout ceci est dans la continuité du renouvellement urbain que nous avons réécrit dès 2014 et dont les évolutions notables illustrent notre vision de l’avenir pour Mourenx.

Je tiens à souligner le travail de grande qualité que nous menons avec Domofrance, qui met en œuvre un plan stratégique du territoire qui court jusqu’en 2027 (et que nous avons révisé en 2021 avec le concours de la Communauté de communes et des services de l’Etat).

Pour l’ensemble du territoire, la CC Lacq-Orthez construit un nouveau Plan local de l’habitat (PLH) pour répondre aux attentes d’aujourd’hui et de demain (notamment avec l’arrivée de nombreux travailleurs en lien avec les emplois créés sur le Bassin de Lacq).

Les premiers occupants de la résidence intergénérationnelle Pablo-Picasso arriveront dès la semaine prochaine. La moitié des logements sera occupée par des personnes venues de l’extérieur. Ce qui montre l’attractivité retrouvée de Mourenx.
C’est une nouvelle histoire qui commence pour eux et pour tout un quartier.

La résidence intergénérationnelle Pablo-Picasso bientôt livrée

La résidence intergénérationnelle Pablo-Picasso bientôt livrée

En chantier depuis l’automne 2021, la future résidence intergénérationnelle, construite en lieu et place de l’ancienne école Victor-Hugo, route de Navarrenx, sera livrée cet été.

Lundi, avec les élus municipaux et les services, nous avons réalisé une visite de chantier de la première tranche.

Reprenant l’architecture des maisons du quartier, elle comportera 25 logements :
18 logements (T2 et T3) adaptés et pré-équipés pour les séniors autonomes (de 65 ans et plus) avec balcons avec vue sur le parc paysager et les Pyrénées. Le bâtiment disposera d’une salle commune pour accueillir les activités de tous les résidents ;
et 7 maisons pour les familles (du T3 au T5) avec jardins individuels orientés vers les Pyrénées, à proximité immédiate du pôle sportif et culturel et de l’accès piéton pour rejoindre le cœur de ville et le Belvédère.

Porté par Domofrance, ce projet sera une offre complémentaire sur le parc locatif social de la ville, à un emplacement privilégié, à proximité des commerces et des services : en face de la crèche, du restaurant scolaire et du CCAS.

D’un montant de 4,3 millions d’euros, la résidence est financée par un prêt Domofrance pour 52 %, par des fonds propres de l’entreprise sociale pour l’habitat pour 26 % et subventionnée par le Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques (10 %), la CARSAT (7 %), la CCLO (3 %) et la Région Nouvelle-Aquitaine (2 %).

Les études pour la seconde tranche du projet sont lancées et se poursuivront en 2024 pour réaliser un projet encore plus ambitieux et durable pour Mourenx.

Avec l’inauguration prochaine du gymnase rénové, les travaux au club-house de Mourenx-Bourg, les travaux au Belvédère… 2024 sera encore une année de nouveaux départs au service de l’habitat et du cadre de vie des Mourenxoises et des Mourenxois. Et ce n’est pas terminé !

2024, des ambitions aux réalisations

2024, des ambitions aux réalisations

S’il suffit d’allumer la télévision pour entendre de mauvaises nouvelles, il suffit de regarder les mois passés et les mois à venir pour voir que 2024 s’annonce bonne pour notre territoire.

A Mourenx, 2023 a été marquée par l’inauguration du pôle de santé, le foudroyage de la tour des Célibataires et le spectacle de Nos Cabanes, qui a mobilisé le tissu associatif, les comités de quartier et d’une manière générale les habitants de la ville.

2024 verra nos ambitions se concrétiser avec, entre autres, la fin des travaux du nouveau gymnase, la livraison de la résidence intergénérationnelle Pablo Picasso, la construction d’un foyer à Mourenx-bourg pour le club de football, la rénovation de la place du Béarn avec des espaces verts et la création d’un cheminement qui ira jusqu’au Belvédère.

Nous allons réhabiliter la friche qu’est devenu le Belvédère avec la volonté de revenir à son état originel et d’en faire le « phare » de Mourenx.

A la Communauté de communes de Lacq Orthez, 2024 est l’année des dix ans. En 2014 ce n’était pas la dernière grande fusion pour notre intercommunalité, non c’était la naissance d’une nouvelle communauté de communes qui, aujourd’hui, s’inscrit dans le paysage comme l’une des plus dynamiques.

Les défis sont nombreux, nos missions sont de plus en plus complexes, les attentes de plus en plus fortes et nous restons les artisans engagés de la vie de nos villes et de nos villages.
Il y a le quotidien – la voirie, les espaces-verts, l’animation, la petite enfance, etc. – et il y des chantiers colossaux qui nous attendent les prochains mois pour dessiner notre territoire pour les décennies à venir : urbanisme, logement, énergies, habitat…

Mais comment pourrait vivre un territoire sans créer de la richesse, sans créer de nouveaux emplois, sans se développer économiquement ? Il ne pourrait pas.
C’est pourquoi notre travail quotidien se porte là-dessus et non sans un certain succès. Nous accueillons les industries de la chimie verte, de la décarbonation, des énergies renouvelables… c’est chez nous que se dessine demain. Avec l’ancien président de la CC Lacq-Orthez, Jacques Cassiau-Haurie, nous avons préparé l’avenir.

Cet avenir se construit avec l’ensemble des acteurs de notre territoire et je les en remercie.

A toutes et tous mes vœux de santé, de bonheur et de prospérité.

Continuons de croire en notre futur et osons !

Dimanche 26 novembre, foudroyage de la Tour des Célibataires

Dimanche 26 novembre, foudroyage de la Tour des Célibataires

Plus de 3 ans que nous y travaillons, plus de 10 mois que des équipes s’activent à sa préparation et d’autres à mettre en place l’évacuation de 1500 riverains à proximité… et ce dimanche à 11 h la Tour des Célibataires, et ses 17 étages, sera foudroyée, sous l’égide de CDC Habitat qui en est le gestionnaire.

Le foudroyage est une technique de démolition par explosif (350 kg tout de même) : rapide, sûre et permettant de réduire de façon conséquente les nuisances.

Un périmètre de sécurité de 200 mètres autour de la Tour sera mis en place et évacué.
Chacun a pu exprimer son choix de quitter son logement soit dès samedi, soit dimanche matin à 7h.
Suite au recensement réalisé depuis juillet dernier, chaque foyer concerné a reçu un courrier lui rappelant les consignes d’évacuation.

Habitants évacués, riverains ou encore observateurs vous pouvez suivre ce grand projet de démolition (périmètre, accès, stationnement, circulation, foire aux questions…) sur le site Internet et l’application mobile de la Ville.

110 gendarmes ainsi que des agents communaux, des employés de CDC Habitat et de nombreux bénévoles seront présents le jour-J pour faire que ce moment soit le plus simple pour chacune et chacun.

Agée de 64 ans, la Tour des Célibataires aura eu de nombreuses vies mais à la fin et malgré une rénovation en 1996, elle était devenue l’immeuble avec le plus de vacance et le moins d’avenir. La démolir ne fut pas un choix aisé, mais c’est un choix assumé qui est désormais accepté par toutes et tous. Jadis symbole de la Ville-Nouvelle, son foudroyage marquera le tournant de notre action de politique urbaine, menée depuis près de 10 ans.
A la place se construira « Les terrasses du Tourmalet », une résidence sociale de 22 logements de haute-qualité environnementale.
Outre le logement, les espaces publics profitent aussi de ce nouveau départ, avec, à deux pas de là, la prochaine rénovation et végétalisation de la place du Béarn.

Pour celles et ceux qui sont tentés de venir voir ce foudroyage, quatre points d’observation sont proposés au public : au Belvédère, place Henri-Dunant, rue Victor-Hugo et au rond-point des Pyrénées.

Cette démolition historique suscitera nécessairement beaucoup d’émotion et en même temps confirmera toute la dynamique d’avenir que nous avons collectivement engagée pour Mourenx.

Foudroyage en vue

Foudroyage en vue

Le décompte est lancé ! Le 26 novembre prochain, la Tour des Célibataires s’effacera.

Construite en 1961, haute de près de 50 mètres, prévue pour accueillir un hôtel avant de devenir 200 logements pour célibataires, la plus haute tour de Mourenx va être foudroyée par 350 kg d’explosifs. Les tirs d’essais fin août ont permis de trouver la meilleure solution pour un parfait résultat avec le moins de nuisances le jour-J.

Depuis mi-janvier, sous l’égide de CDC Habitat son gestionnaire, le désossage de la Tour a commencé : 70 tonnes de matériaux et différents éléments ont été retirés (huisseries, portes, cloisons, éléments sanitaires, etc). La tour est squelettique et prête à disparaitre.

Pour la sécurité de toutes et tous, 600 foyers (soit 1500 personnes) seront évacués et un périmètre de 200 mètres sera conscrit. Le recensement que nous avons opéré nous permettra de prendre en charge les personnes les plus fragiles.

L’explosion simultanée de bassines d’eau permettra d’éviter que trop de poussière ne s’échappe. Certains bâtiments à proximité seront également protégés.
En quelques secondes la Tour disparaitra, ses 12 000 tonnes de gravats seront recyclés (à 95 %) localement.

Bien que rénovée en 1996, la Tour ne correspond plus aux attentes actuelles. Le grand plan de rénovation urbaine que nous avons lancé en 2014 doit permettre d’offrir un logement adapté à toutes et tous au sein d’une commune où la démographie a évolué mais où l’activité et les services croissent toujours.

Ainsi, à la place de la Tour, une résidence de haute qualité environnementale de 22 logements sur 6 étages aux belles prestations, et toujours à loyers modérés, verra le jour. A son rez-de-chaussée se trouveront les locaux de CDC Habitat.

Ce foudroyage n’est pas qu’un symbole, il est la suite du nouveau départ que nous avons engagé pour Mourenx.

Ce week-end c’est la Foire (polynésienne) de Mourenx

Ce week-end c’est la Foire (polynésienne) de Mourenx

La 31ème édition de la Foire de Mourenx se tiendra ce week-end, les 13 et 14 mai.

Toujours gratuite (et toujours aussi festive) elle aura pour thème la Polynésie, qui se déclinera en spectacles, ateliers et autres initiations aux coutumes des archipels de l’Océanie…

La Foire de Mourenx est l’événement de promotion du commerce et de l’artisanat : art et déco, habitat et loisirs, terroir et gastronomie, associations locales… avec ses 150 exposants, venus de toute la France, de 9 h à 19 h samedi et de 10 h à 19 h dimanche.

Dans le cadre de sa compétence commerce, la communauté de communes de Lacq-Orthez organise la Foire, en partenariat avec la mairie de Mourenx.

Sous le chapiteau de la CCLO, place du Travail, venez apprendre à mieux trier vos déchets avec des masques de réalité virtuelle et venez prendre conseil sur la rénovation de votre habitation avec l’aide des agents du guichet Habitat-Energie.

Sur l’espace ville de Mourenx, place de Navarre, retrouvez les élus municipaux pour une présentation des réalisations et projets de la ville. Les Mourenxois·es pourront aussi venir pour installer / paramétrer l’application mobile de la ville Imagina.

Depuis de nombreuses années le secteur du commerce doit faire face à de nombreux défis que la Covid est venue accentuer.
Nous pouvons tous faire les mêmes constats : vacance commerciale, difficulté d’accès aux commerces en centre-ville, disparition des indépendants… les crises actuelles viennent y ajouter les liquidations d’enseignes de franchises, la désertion des galeries commerciales et l’apparition de boutiques de « fast-fashion » qui sont un non-sens écologique et même économique.
A la CCLO comme à la mairie de Mourenx nous sommes mobilisés pour nos commerces. L’ouverture récente du Bistro M au Mi[x] et du restaurant du lac à la base de loisirs d’Orthez-Biron en témoignent. Bientôt ce sera au tour du Gabizos de proposer une nouvelle offre de restauration indienne sur la commune.

En attendant, venez nombreux profiter de la Foire de Mourenx !
Retrouvez toutes les animations et les informations pratiques sur www.cc-lacqorthez.fr

Tour des Célibataires : foudroyage en vue

Tour des Célibataires : foudroyage en vue

Les premiers travaux pour préparer la démolition de la tour des Célibataires ont débutés ces derniers jours, sous l’égide de CDC Habitat qui en est le gestionnaire.

Le foudroyage est prévu le dimanche 26 novembre prochain en matinée afin de ne pas impacter la vie du centre-ville (commerces et services), de permettre au plus grand nombre d’y assister et aux foyers évacués d’être moins dérangés (travail, occupations…). Un périmètre autour sera circonscrit et les bâtiments les plus proches seront bâchés.

Ne comptant plus aucun résident, les travaux commencent par la destruction de l’ancien hôtel (fermé depuis plus de dix ans) et le désamiantage complet de la tour.
Dans une logique écologique de réemploi des matériaux, la pierre d’Arudy des escaliers servira pour la réhabilitation du Belvédère et les gravats de base pour les fondations de la future plate-forme logistique de Lidl à Pardies.

La tour de 17 étages a été construite en 1961, pour n’accueillir qu’un hôtel de 200 chambres (destinées aux célibataires travaillant sur le bassin de Lacq). Il ne verra jamais le jour et la tour deviendra un immeuble de 120 logements.

Depuis des décennies la tour offrait une image dégradée de la ville. La rénovation engagée en 1996 ne fut pas suffisante pour la rendre de nouveau attractive. Elle ne correspondait déjà plus aux attentes de logement et petit à petit la vacance y est devenue importante.

Si l’avenir de la tour fut une bataille politique, nous pouvons dire aujourd’hui que notre choix de démolition est unanimement partagé.

La tour des Célibataires était le symbole de la création de la Ville-nouvelle, sa disparition sera le symbole affirmé de la nouvelle rénovation urbaine que nous avons mise en place depuis 2014 : offre de logements repensée, évolution notable des équipements et services, choix architecturaux actuels et appréciés…

A la place de la tour, CDC Habitat va réaliser un immeuble de haute qualité environnementale, à l’architecture singulière et moderne, de 6 étages pour 22 logements sociaux, avec terrasse, parking souterrain, environnement végétalisé… Le gestionnaire immobilier occupera une partie du rez-de-chaussée pour ses bureaux, plus accessibles et plus adaptés à tous leurs locataires.

Ne croyez pas que cette démolition symbolique pour notre ville soit un point final, notre action volontariste de rénovation urbaine va se poursuivre pour une plus grande qualité de vie de tou·te·s les Mourenxois·es.

Lacq-Orthez engagée vers l’avenir

Lacq-Orthez engagée vers l’avenir

Hier, mercredi 25 janvier, avec le préfet des Pyrénées-Atlantiques, Julien Charles, le président du conseil départemental, représenté par Jacques Pédehontaà, nous avons signé la convention d’opération de revitalisation du territoire (dans le cadre de Petites villes de demain).
La communauté de communes de Lacq-Orthez est engagée dans ce dispositif national pour coordonner et faciliter le financement du développement urbain des centres-villes des communes de Mourenx et d’Orthez, en cohérence avec notre projet de territoire.

A cette occasion, le nouveau préfet des Pyrénées-Atlantiques a pu découvrir les deux villes-centres de notre territoire.

A Mourenx, sur les fondations d’un patrimoine qui se dégradait, avec mon équipe municipale nous nous sommes engagés pour offrir à la ville éphémère un avenir durable par la réhabilitation et la diversification de l’habitat ainsi que la modernisation d’équipements et de services.
Ce nouveau départ s’illustrera également en 2023 avec la concrétisation de projets structurants.

Le représentant de l’Etat a pu apprécier nos projets mourenxois, tel celui de la construction d’une nouvelle résidence à la place de la Tour des Célibataires (dont la démolition est prévue pour cet automne).
Les études Petites villes de demain nous accompagnent pour les projets de la place du Béarn (travaux en 2024) et du Belvédère (travaux en 2024 – 2025).
La place du Béarn souffre d’un manque de visibilité, d’une faible fréquentation et d’une réhabilitation autrefois peu réussie. Son projet de réaménagement vise à améliorer la sécurité des piétons (en supprimant les pavés très accidentogènes), à créer un îlot de fraicheur et à valoriser les nombreux commerces et services à proximité.
Quant au Belvédère il redeviendra un phare de la réussite de tout le Bassin.

L’ouverture du pôle de santé Simone Veil, en ce début d’année, est un événement pour la commune et le Bassin de Lacq. La requalification de cette friche commerciale vient contrer la désertification médicale de notre territoire. Dans quelques semaines le pôle de santé comptera sept médecins généralistes (SANTAT), deux cabinets infirmiers, un cabinet dentaire, un de psychomotricité, un de sage-femmes, un ostéopathe, un pédicure-podologue et un téléophtalmo.

A l’image du bassin industriel qui a lui aussi engagé sa reconversion, du Bourg à la Ville-nouvelle, Mourenx est entrée dans le futur.

La suite de la visite Petites villes de demain s’est déroulée à Orthez où la ville et la CCLO ont défini deux secteurs porteurs d’enjeux de requalification urbaine.
D’abord le cœur de ville où l’objectif est de développer l’attractivité via notamment l’OPAH-RU (Opération programmée d’amélioration de l’habitat et de renouvellement urbain), pilotée par la CCLO : rénovation de 120 logements et 5 copropriétés, en accompagnant financièrement et techniquement les propriétaires.
Puis le secteur Foirail-Lapeyrère avec le souhait de créer un pôle culturel et associatif. Avec le réaménagement, par la CCLO, de l’est du parking du Foirail, cet espace public bénéficie désormais d’une liaison douce piétons et vélos. Au passage reliant actuellement la médiathèque au secteur Lapeyrère, la ville projette de créer une maison des associations.

Tous ces projets illustrent l’engagement de l’intercommunalité au côté de ses deux villes-centres. L’Etat et les partenaires et financeurs publics en sont conscients, la communauté de communes de Lacq-Orthez est tournée vers l’avenir.

Mourenx diversifie son parc immobilier

Mourenx diversifie son parc immobilier

Les efforts consentis par la municipalité, depuis près de 9 ans, nous permettent d’investir pour tou·te·s, malgré un contexte financier toujours plus complexe pour les collectivités et les citoyen·ne·s.

De nombreux projets structurants sont déjà une réalité : équipements sportifs et culturels modernisés, écoles rénovées, espaces publics requalifiés… et habitat diversifié.

Lundi, avec Françoise Ramanantsoa notre adjointe en charge des Travaux, de l’Urbanisme et du Renouvellement urbain, nous avons reçu le directeur général de Domofrance, Francis Stéphan, et le président du développement territorial de Domofrance pour les Pyrénées-Atlantiques, Patrick Lacarrere.

Le projet de résidence intergénérationnelle porté par Domofrance avance à grands pas ! La démolition du bâtiment de l’ancienne annexe de l’école Victor-Hugo est désormais achevée et le chantier de construction a démarré, pour une livraison en 2023. La résidence comportera 25 logements d’une grande qualité architecturale : 18 adaptés aux séniors autonomes et 7 maisons pour les familles ainsi qu’une salle d’activités. 

En plus de ce projet majeur, Domofrance va acquérir l’autre partie de l’école Victor-Hugo pour y réaliser des logements sociaux et des logements en accession à la propriété.

La création de logements à Mourenx participe au renouvellement urbain que nous avons initié : un habitat adapté dans un cadre de vie harmonieux.

Le projet Domofrance à Victor-Hugo est à mettre en lien avec plusieurs autres destinés à diversifier notre parc immobilier. D’ici 2025, ce sont plus d’une centaine de logements neufs qui doivent sortir de terre : la prochaine résidence à la place de la tour des célibataires, les futurs logements séniors place du Pic-du-Midi-d’Ossau (à la place du bâtiment E2 détruit en juillet 2018), le lotissement au Quartier Est… pour ne citer qu’eux.

A Mourenx et à la Communauté de Communes (avec le Plan Local de l’Habitat, l’OPAH-RU pour Orthez, l’accompagnement à la rénovation et à l’adaptation des logements, etc.) le logement fait partie de nos priorités.

Nous dessinons la ville de demain. Ces projets de solidarité, de coopération et de proximité illustrent le nouveau départ de notre ville.

En route vers un PLUi

En route vers un PLUi

Lundi c’est à l’unanimité que les élu·e·s de la CCLO ont décidé de réaliser un Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUi).

Ce vote nous engage dans une construction commune, au-delà de notre projet de territoire, dans une nouvelle ambition urbaine à l’échelle de l’intercommunalité. C’est la vision de l’ensemble des 61 communes sur leurs propres trajectoires dans un destin collectif.

Si cela n’a pas été rendu possible avant, aujourd’hui, avec du temps et de la pédagogie, nous sommes désormais prêts.

Ce qui pourrait apparaître comme un passage obligé, comme une contrainte réglementaire, doit être au contraire saisi comme une opportunité.

Nous allons co-construire ensemble ce qui sera demain notre feuille de route en matière de développement urbain, agricole, économique, etc.

Il ne s’agit pas d’opposer la vie citadine à la ruralité mais d’affirmer leur complémentarité. D’opposer l’industrie à l’agriculture mais de dire que nous avons besoin de l’une comme de l’autre. D’opposer le développement à l’environnement mais d’associer les deux.

Chacun·e des élu·e·s donnera sa vision du développement de sa commune et de notre territoire.

Les enjeux d’un plan local d’urbanisme unique et en commun sont nombreux. Ensemble nous serons plus forts.
Avec ce PLUi nous mettons plus de NOUS dans le JE.

Notre démographie et les prospectives de l’essor économique seront prises en compte, comme notre travail sur les trames vertes et bleues et leurs corridors de biodiversité.
Ce sont aussi nos différents documents contractuels qui y seront associés : le Plan Local de l’Habitat (PLH), le schéma de développement commercial, nos zones d’activités économiques et commerciales, le tourisme, l’agriculture, le plan mobilité, etc.

Si les élus communautaires ont accepté de s’engager dans le PLUi, c’est désormais aux conseils municipaux d’accepter cette longue démarche qui prend corps dès aujourd’hui. La procédure sera ponctuée de nombreux travaux et de nombreuses rencontres (entre élu·e·s, associations et habitant·e·s) pour une adoption à la fin 2025.