Mourenx, une histoire, un passé, un avenir !

Mourenx, une histoire, un passé, un avenir !

La ville a 60 ans, une histoire, un passé et un avenir !

Ces quatre dernières années ont marqué un tournant historique dans la restructuration du centre ville.

Le coeur de ville offre aujourd’hui un nouveau visage, celui d’une ville apaisée, entrée dans le 21 siècle avec sérénité et ambition.

Nouvelles écoles, gendarmerie, salle Daniel Balavoine, Pôle emploi dans les locaux de l’ancienne maternité, city stade, Foyer du foot, du quartier Est, du handball et du Basket, du secours populaire, local du Carnaval… Jamais la ville n’avait autant investi que ces quatre dernières années.

Nous l’avons fait sans augmenter les impôts, en réduisant notre dette de 30%. Gérer une ville quand il n’y a pas de problème d’argent c’est facile. Quand les recettes s’effondrent, ça l’est moins. Il faut pour cela rigueur et altruisme, respect et autorité.

Nous poursuivrons demain avec le pôle santé, l’école de la deuxième chance, une résidence sénior, un service animation sénior. Nous réaménagerons la place de Navarre et continuerons d’investir dans les commerces, dans les domaines sportifs et culturels.

La politique de déconstruction, de construction, de rénovation doit se poursuivre pour assurer l’avenir de Mourenx, lui permettre de rayonner, de se développer.

Notre équipe municipale ne sera pas celle du renoncement !

Nous poursuivrons la mutation de la ville, de ses logements, de ses services, de son cadre de vie.

Renoncer au changement au nom de symboles serait renoncer à notre avenir.

Le cœur de ville change !

Le cœur de ville change !

Depuis le début de notre mandat nous nous sommes attachés à travailler de concert avec le principal bailleur de la commune, SNI. Une étroite collaboration qui nous a permis de redéfinir le PSP, corriger un certain nombre d’orientation comme par exemple la résidence Ansabère, ou encore donner une touche plus apaisée à notre patrimoine en imposant un style : nuances de blancs et de gris sur les façades.

Notre objectif commun est d’apporter aux Mourenxois des parcours résidentiels, de proposer une offre en adéquation avec les besoins de notre temps. Un premier bâtiment dans le secteur du gabizos verra ainsi ses 4 étages (sans balcon ni ascenseur) disparaître sous l’effet d’une isolation thermique par l’extérieur. SNI proposera également des logements meublés prochainement pour répondre à des besoins spécifiques : école de la deuxième chance par exemple. Nous irons plus loin sur les démolitions afin de réduire la vacance, d’aérer, de dédensifier le quartier Charles de Bordeu par exemple.

Mourenx fera 60 ans l’an prochain. Nous voulons que la ville soit plus belle à 60 ans qu’à 20 ans ! Nous modernisons l’habitat, le patrimoine de la ville (écoles, salle Daniel Balavoine, Gendarmerie, locaux associatifs, équipements sportifs)

Notre ville change !

Notre ville change !

Depuis le début de notre mandat, grues, pelles mécaniques et camions animent notre centre ville, entre démolition et reconstruction.

Après la construction du MI[X], la démolition du bâtiment du boulevard de la République pour y construire la résidence Ansabère, c’est au tour du bâtiment place de Navarre d’être démoli.

Tout autour les grues s’activent sur 3 bâtiments qui font peau neuve et seront entièrement accessibles. Isolation thermique par l’extérieur, coursives, ascenseurs, le plan stratégique de patrimoine de SNI s’accélère depuis le début de notre mandat.

La ville y prend sa part avec la rénovation de l’ancien cinéma le Gabizos en chantier de formation/insertion, et qui sera transformé en salle de répétition et de pratiques amateurs. Coût du chantier 400.000 € financé par la Région 80.000 € et l’État 120.000 €.

Le centre ville montre un nouveau visage que tout le monde, Mourenxois ou non, salue !

Nous irons plus loin dans les mois à venir, sur le quartier Charles de Bordeu avec la démolition et la reconstruction de l’école élémentaire après avoir rénové la maternelle.

Les travaux de démolition du centre aéré, pour y construire notre caserne de gendarmerie, débuteront cet été avenue Paul Delcourt. À deux pas nous construirons le nouveau foyer du foot. Un peu plus loin le projet immobilier du COL prend forme.

Sur le terrain noir, près de la cité scolaire, un city stade sera construit avec des équipements publics de sport santé.

Mourenx change ! Cette année encore nous investirons 4,5 millions d’euros,

Signature du contrat de ville

Signature du contrat de ville

Le 07 décembre nous avons signé en présence de Monsieur le Préfet des Pyrénées-Atlantiques, Éric MORVAN,  un contrat de ville veille active pour la commune de Mourenx jusqu’en 2020. A cette occasion, monsieur le Préfet a rappelé que seules deux villes en France ont signé ce type de contrat saluant ainsi notre volontarisme.

Nous nous sommes engagés dans cette démarche pour au moins trois raisons :

être prioritaire sur les crédits de droit commun pour le financement de nos futurs investissements. 

– bénéficier de l’ingénierie de tous les signataires et profiter de la réunion annuelle du comité de pilotage pour être informés des nouveaux dispositifs d’aides vers les collectivités.

– continuer notre action visant à réintroduire la géographie prioritaire de la politique de la ville et pouvoir ainsi bénéficier de crédits spécifiques.

Le contrat de ville s’articule autour de 3 piliers :

Pour le bassin de Lacq, Arnaud MONTEBOURG

Pour le bassin de Lacq, Arnaud MONTEBOURG

Le résultat de la primaire de la droite a montré que tout était possible. Elle a montré que les favoris des sondages ne sont pas toujours les favoris des citoyens. Cela fait écho à l’élection de Trump, au Brexit..

Les électeurs de droite ont placé largement en tête leur candidat le plus radical, dont le programme s’attaque à notre modèle social.

Dans le même temps les Français ne veulent plus de ces politiques, ils veulent une alternative, ils n’en peuvent plus ! De l’austérité, des vieilles recettes qui ne marchent pas, ils n’en veulent plus !

La gauche doit se mettre en ordre de marche et s’unir pour avoir une chance d’être au second tour de l’élection présidentielle.

Elle doit le faire sur ses fondamentaux en renonçant au tournant néolibéral qui a conduit à l’échec de tous les gouvernements de gauche en Europe, comme récemment aux Etats-Unis. Le libéralisme c’est considérer que l’Etat est le problème. Or, dans toutes les récentes élections, les électeurs, les « oubliés », considèrent au contraire que l’Etat peut être une solution.

Les discours nationalistes nauséabonds ont aujourd’hui de l’écho parce que les extrêmes ou les populistes comblent, à leur manière, le vide laissé par la gauche.

Arnaud MONTEBOURG porte depuis des années cette idée que la gauche doit retrouver ses valeurs, qu’elle doit retrouver ses couleurs, qu’elle doit porter la régulation nécessaire d’un monde qui nous échappe. C’était le sens de sa candidature autour de la « démondialisation » lors de la primaire de 2011.

Et je me souviens, avec d’autres, avoir mené ce combat à ses côtés.