Posté dans Actualités
NéoTerra : l’engagement régional pour la planète

NéoTerra : l’engagement régional pour la planète

Plusieurs centaines de personnes ont travaillé sur le thème de l’anticipation des changements climatiques autour d’Hervé Le Treut.« Nous pouvons atténuer, mettre sous contrôle l’émission de gaz à effet de serre, mais ne pouvons pas revenir sur le stock de gaz émis ces dernières décennies.Tout converge avec ces émissions : vagues de chaleur, élévation des températures, montée des océans… »

L’équilibre carbone à échéance 2050 fait partie des objectifs de la région. Il nécessitera de gros efforts et sera difficile à atteindre au niveau planétaire.

Les experts ont d’abord élaboré un diagnostic : élévation de la température, sécheresses agricoles plus fortes, risques de submersion sur une grande partie du littoral et érosion des zones sablonneuses.

Pour Alain Rousset : ce choix de consacrer une journée entière, une partie de la soirée ou de la nuit doit nous amener à construire une politique systémique, construire une sorte de coopérative commune… les moyens à mettre en œuvre pour s’en sortir sont colossaux. Ce texte fondateur redonne du sens à l’action publique.

https://www.nouvelle-aquitaine.fr/communiques-presse/inedit-neo-terra-seance-pleniere-conseil-regional-nouvelle-aquitaine-totalement-dediee-transition.html#gref

« Canoë » en forte croissance à Lacq

« Canoë » en forte croissance à Lacq

C’est en présence du Président de la Région Nouvelle-Aquitaine, Alain ROUSSET, que nous venons de couper le ruban des bâtiments 2 & 3 de « Canoë » à Lacq.

Cette plateforme de transfert technologique sur les matériaux avancés est passée de quelques unités de chercheurs il y a quelques années, à 65 aujourd’hui avec un objectif de 100 à l’horizon fin 2020.

Contrairement aux grandes entreprises, aux grands groupes, à l’instar du GRL tout proche avec Arkéma et Total, les PME et Startup ne disposent pas de centre de recherche et de développement (R&D) leur permettant de développer leurs transferts technologiques pour s’inscrire dans l’innovation. C’est en particulier à ces Startup et PME que s’adresse la plateforme « Canoë ».

Quelles soient très locales, basques ou néo-aquitaines, ces petites entreprises bénéficient de matériels high-tech et de chercheurs pour les y aider. C’est un outil unique en France, développé entre autres par Patrice GAILLARD.

La région Nouvelle-Aquitaine accompagne fortement « Canoë » sur ses développements, comme ici à Lacq avec la participation de la CCLO sur le foncier. Chemparc, qui gère la plateforme Chemstart’up s’occupe de gérer les locaux.

Pas loin d’une centaine de créations d’emplois qualifiés en 6 ans sur les métiers de demain, dans des domaines en pointe et en étant plus respectueux de l’environnement. Voilà les résultats d’un travail collectif, sur un bassin tourné vers la chimie verte.

La ville dote les futurs collégiens d’une tablette numérique

La ville dote les futurs collégiens d’une tablette numérique

La réussite éducative est pour notre municipalité, la priorité des priorités.

Sur les 20 millions d’euros consacrés à l’investissement durant notre mandature, la moitié, 10 millions d’euros, ont été consacrés à la construction ou à la rénovation de nos écoles.
Toutes auront été rénovées ou reconstruites. Nous nous étions engagés à rénover les maternelles. Nous aurons rénové toutes les écoles, maternelles et élémentaires, en ville comme au bourg, à la fin de notre mandat, allant beaucoup plus loin que nos engagements.

Au delà des investissements, nous avons apporté un regard tout particulier sur les repas à la cantine. Nous préparons nos repas en favorisant le bio et les circuits courts. Partis de loin, c’est aujourd’hui 50% de bio ou de circuits courts que consomment nos enfants dans leurs assiettes.

Nous avons choisi de favoriser les déplacements à pied entre écoles et cantine pour les élèves des élémentaires afin de réduire notre empreinte carbone, de préserver notre environnement, et d’encourager la marche et le « manger bouger ». Évidement, en cas de mauvais temps le transport se fait en bus. Vous l’avez compris, notre logique est respectueuse de la planète et de la santé de nos enfants.

Avec le Tout P’tit festival, le nouveau City Stade, la création de l’Académie, le développement de notre animation jeunesse, la mise en place du Pass Jeunesse, jamais les enfants à Mourenx n’ont été aussi bien accompagnés.

Cerise sur le gâteau, nous avons remplacé le dictionnaire offert aux élèves de CM2 pour leur passage au collège par une tablette numérique personnelle.

Posté dans Actualités
Tonte et ramassage des feuilles : nous avons choisi la nature

Tonte et ramassage des feuilles : nous avons choisi la nature

À l’heure où tout le monde s’accorde à reconnaître que le réchauffement climatique a des conséquences dramatiques, tant sur le climat que sur la biodiversité,
À l’heure où tout le monde s’accorde à reconnaître que l’emploi du glyphosate est dangereux pour la santé humaine, désastreux pour les insectes, 
Nous avons fait le choix de repenser l’entretien de nos espaces verts supprimant l’emploi de glyphosate (le recours aux pesticides et l’éradication de la nature spontanée ne sont plus compatibles avec les enjeux de préservation de l’environnement et en particulier avec la qualité de l’eau).

Nous avons aussi fait le choix de la gestion différenciée des espaces. Cela consiste à adapter le mode d’entretien des espaces en fonction de leur fréquentation, de leur usage et de leur localisation.
Les fréquences d’intervention, ainsi que les moyens humains et matériels sont adaptés, en essayant de maintenir une gestion la plus douce possible.Les espaces verts sont ainsi classés en plusieurs catégories :
• l’espace de prestige bénéficiant d’interventions très fréquentes
• l’espace intermédiaire dont l’entretien est moins intensif
• l’espace naturel où la faune et la flore spontanées sont favorisées.

La gestion différenciée permet de favoriser la diversité des êtres vivants et des milieux naturels, appelée biodiversité. Les espaces verts, comme les espaces naturels, servent aussi de lieux de vie pour des espèces animales et végétales sauvages de plus en plus menacées par la destruction ou la fragmentation de leurs milieux naturels. Un oiseau sur huit, un mammifère sur quatre et un amphibien sur trois est aujourd’hui menacé d’extinction !

La gestion différenciée des espaces verts à Mourenx se traduit par un espacement des fréquences de tonte, un fauchage annuel en fin d’été, sur certains sites, au lieu de plusieurs tontes dans l’année, un paillage des pieds d’arbres, pieds de haies et massifs avec copeaux de bois, un désherbage alternatif (thermique, mécanique, manuel ou pas de désherbage du tout, taille douce des arbres et arbustes), un enherbement spontané des espaces minéraux non fréquentés.

Ces pratiques font évoluer l’aspect des espaces verts.
À chacun de s’habituer et de faire évoluer son regard en tolérant davantage l’herbe qui pousse autour de nous.
C’est la qualité de notre environnement et le bien être de tous qui en dépendent !

Nos opposants assènent que la ville est sale, que c’était mieux avant. Laissons les à leur archaïsme, à leurs pensées rétrogrades. L’herbe et les feuilles mortes sont essentielles à la biodiversité. Qu’ils cherchent autre chose à critiquer ! Leur attitude est irresponsable.

Méthaniseur de Fonroche : visite des élus

Méthaniseur de Fonroche : visite des élus

Avec une délégation de maires de la Communauté de Communes de Lacq-Orthez et quelques élus du conseil municipal, nous sommes allés visiter l’unité de méthanisation de Fonroche de Villeneuve sur Lot.

Semblable à l’unité qui sera prochainement construite sur Mourenx, à proximité de l’entreprise Arysta Life Sciences, elle produit du méthane à partir de déchets issus d’abattoirs ou d’entreprises agro-alimentaires, de lisiers ou de drêches de maïs doux.

Cette visite nous a permis de nous rendre compte du processus de méthanisation, du fonctionnement des approvisionnements et de leurs rotations. Respectueux de l’environnement, le méthaniseur  de Mourenx se nommera Bio Béarn. Il créera une dizaine d’emplois directs et une trentaine d’emplois induits. La production de méthane sera directement injectée dans le pipe de Terega à proximité du site. 

Après l’installation des Laboratoires des Pyrénées et des Landes sur l’ancien bâtiment de Célanèse, les panneaux photovoltaïques de Total Solar qui seront installés sur des parcelles inconstructibles, l’investissement d’Air Liquide, ce méthaniseur est une très bonne nouvelle pour l’emploi sur le site de Mourenx-Noguères-Pardies.

Il confortera encore notre ambition de territoire à énergie positive.

Gendarmerie : nous tenons nos engagements !

Gendarmerie : nous tenons nos engagements !

C’était un engagement pour nous. Mieux accueillir les usagers, en renforçant le service public. Donner à nos gendarmes les meilleures conditions de travail, leur permettre de vivre ensemble, en caserne, et non disséminés dans le parc locatif social (parfois sur le même palier que les personnes qu’ils peuvent interpeller).

Le noeud du problème était qu’il fallait trouver le montage financier permettant sa réalisation. Un serpent de mer pour mon prédécesseur qui, à court d’idées, demandait, dans un courrier en date du 24 janvier 2014, au président de la CCLO de porter le projet… Ce qui lui a été refusé par le Président de la CCLO dans un courrier du 17 février 2014, d’autres collectivités comme Artix, Orthez, Arthez-de-Béarn ayant construit leurs gendarmeries. Ce qu’il n’ignorait pas.

Arrivée aux affaires en 2014, notre municipalité trouva la solution permettant de réaliser la gendarmerie sans peser sur le budget communal et sans faire financer le programme par vos impôts locaux. Nous avons créé un budget annexe, qui s’équilibre avec un emprunt couvert par les loyers versés par l’État. Autrement dit les loyers payés l’État pour la gendarmerie remboursent l’emprunt. 

Il suffisait d’y penser pour enfin réaliser ce que nous nous étions engagés à faire. Opération blanche pour notre collectivité. 

Le service public de la ville s’est considérablement amélioré depuis 2014. Construction d’une gendarmerie, travaux d’accessibilité et de sécurité sur la cité scolaire (Conseil régional de Nouvelle Aquitaine), construction d’un nouveau pôle emploi sur l’ancienne maternité, École de la deuxième chance, rénovation ou reconstruction de toutes nos écoles, l’ensemble du Gabizos comprenant la salle Daniel BALAVOINE… Bientôt le pôle santé sur l’ancien défi mode dont nous venons de faire l’acquisition.

Vous le voyez, nous travaillons sans relâche à l’amélioration du service public et les résultats sont là. 

Posté dans Actualités
La liberté commence où l’ignorance finit

La liberté commence où l’ignorance finit

Le 8 mai 1945, dans la liesse d’une vie redevenue possible, les joies et les pleurs se sont indistinctement mélangés à l’annonce de la fin de la seconde guerre mondiale.

Un conflit qui fut le plus meurtrier de l’histoire de l’humanité. Notre mémoire populaire porte le deuil de 52 millions de victimes, de pères, de mères, de frères, de sœurs, d’enfants.

Aux victimes, vinrent s’ajouter 35 millions de blessés et 3 millions de disparus.

Pour la première fois dans l’Histoire, cette guerre fit plus de victimes civiles que militaires. Elle déporta des enfants, des vieillards, des femmes, des hommes. Elle fabriqua les camps de concentration et d’extermination, les fours crématoires ou encore la bombe atomique.

Cette commémoration c’est pour nous l’occasion de rendre hommage à toutes les victimes, civiles et militaires de cette terrible guerre.

Nous offrons une deuxième chance à nos jeunes

Nous offrons une deuxième chance à nos jeunes

Lucien, 20 ans, a décroché à l’école alors qu’il était en 5ème. Marre de l’école car éprouvant des difficultés dans une matière, puis une autre… comme de nombreux « décrocheurs ». Placé en foyer d’accueil il connaît des difficultés jusqu’au jour où il trouve sa voie. Il veut être jardinier ou maraîcher, travailler en plein air, dans la nature. C’est un stage qui lui a permis de trouver sa voie.

Suivit par la mission locale de Pau, ce jeune Palois intègre alors notre école de la deuxième chance. Il conforte son choix, son projet professionnel, travaille les fondamentaux nécessaires, les mathématiques, pour arriver à passer son CAP de jardinier-paysagiste plus tard.

Son témoignage, parmi d’autres, montre à quel point nous avons eu raison de faire cette école, avec le volontarisme du Conseil Départemental, la participation de l’État, de la Région Nouvelle-Aquitaine et de la CCLO.

Grace à l’accompagnement individuel, aux différents stages en entreprises, au coaching de leurs encadrants, ces jeunes se lèvent le matin avec un but, ils se projettent, reprennent le goût d’apprendre ou d’entreprendre. Le goût de la vie.

Posté dans Actualités
Un budget 2019 pour poursuivre la modernisation de notre ville

Un budget 2019 pour poursuivre la modernisation de notre ville

Le conseil municipal de Mourenx vient d’adopter le dernier budget de notre mandature à l’unanimité moins une abstention.
Ce budget, conforme à nos engagements, consacre 3 millions d’euros en investissement sur notre programme nouvelles écoles, l’aménagement de la place de Navarre, l’acquisition et le démarrage des études pour le pôle de santé, notre projet de rénovation du gymnase municipal…
Les grands équilibres du budget, les projets, tels qu’ils ont été débattus lors des réunions publiques organisées dans les quartiers de la ville sont présentés dans notre magazine municipal.
Avec 38% de dette en moins, 40% d’investissements en plus sur la mandature et aucune hausse d’impôts, nous avons accéléré la transformation de notre ville.
Nous l’avons fait au prix de la réduction de nos dépenses de fonctionnement, dans un contexte de baisses très importantes des dotations de l’état et de nos ressources.
RAVATHERM investit près de 9 millions dans une nouvelle unité à Artix avec l’aide de la Région

RAVATHERM investit près de 9 millions dans une nouvelle unité à Artix avec l’aide de la Région

C’est une excellente nouvelle pour l’économie et pour l’environnement.

Le groupe Ravago, propriétaire de l’usine RAVATHERM à Artix, investit près de 9 millions d’euros dans la reconstruction de son unité aujourd’hui obsolète.

Cet investissement permettra d’augmenter sa capacité de production de plaques isolantes en polystyrène extrudé tout en réduisant de manière significative sa consommation d’électricité.

Le nouveau procédé permettra également de supprimer l’utilisation de HFC (HydroFluoroCarbure) gaz à effet de serre qui contribue au réchauffement climatique, 14.000 fois plus que le CO2.

C’est sur ce surcoût d’investissement inhérent à cette performance énergétique et environnementale que la région intervient en apportant une aide de 400.000€.

Un dossier sur lequel je me suis beaucoup investi en tant que Conseiller Régional de Nouvelle Aquitaine, avec Chemparc et Jacques CASSIAU-HAURIE Président de la Communauté de Communes de Lacq-Orthez.

Une excellente nouvelle pour les dizaines d’emplois présents et pour l’avenir de notre territoire.